Le train des primeurs de nouveau sur les rails

Imagette
Publié le 23 sep 2021
Temps de lecture : 2 min.
Après trois années de mobilisation de la CGT, le Gouvernement a annoncé la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis, mi-octobre.

C’est confirmé, le train des primeurs reprendra du service en octobre prochain.

La liaison ferroviaire, qui transportait près de 2 millions de tonnes de fruits et légumes par an, avait été suspendue, en 2019, faute de rentabilité, mais surtout d’investissements.

Un non-sens économique et écologique alors que 25 000 poids-lourds sont nécessaires pour pallier annuellement la mise à l'arrêt de la ligne ferroviaire.

L’engagement de la CGT pour la relance du train des primeurs

Cette réouverture, « c’est notre victoire » rappelle le communiqué de la fédération CGT des cheminots qui avait décidé d’organiser la riposte à l'annonce de la fermeture.

Pendant ces trois années écoulées, la CGT a travaillé sans relâche en organisant des initiatives, rassemblements et multipliant les interpellations des pouvoirs publics, du Gouvernement et de la direction SNCF.

Aujourd’hui, les cheminots attendent avec impatience les détails de la réouverture qui s’inscrit dans le cadre du plan gouvernemental d'un milliard d’euros d’ici 2024 pour le développement du fret ferroviaire.

« 1 000 Perpignan-Rungis en 2050, c’est possible ! »

La victoire a quand même un goût amer, alors que la CGT dénonce depuis des années les conséquences de la libéralisation du rail.

Le gouvernement a perdu trois ans en s’obstinant dans sa logique d’appels d’offres et de mise en en concurrence pour finalement donner le marché à la société Rail Logistics Europe (RLE), c’est à dire Fret SNCF et ses filiales européennes.

L’expérience du train des primeurs confirme les limites de cette politique qui s’avère être un obstacle au développement du service public ferroviaire.

Si la vigilance reste de mise pour la réouverture de la ligne, la mobilisation syndicale continue pour relancer un véritable service public ferroviaire répondant aux enjeux sociaux et écologiques, au travers notamment du plan de relance CGT pour le développement du fret ferroviaire avec l’objectif ambitieux de 1 000 trains des primeurs d’ici 2050.

A voir aussi

Actualité

Première élection des représentants des travailleurs des plateformes

La crise sanitaire a entraîné une explosion des livraisons de repas à domicile à vélo et en scooter. La multiplication de ces courses, l’insécurité et les conditions sociales précaires imposées aux…

Actualité

Nouvelle journée d’action à la RATP pour les salaires et contre l’ouverture à la concurrence

L’intersyndicale à la RATP appelle à une nouvelle journée d’action unitaire le 25 mars 2022 sur la question des salaires et la perspective de l’ouverture à la concurrence des transports publics…

Actualité

Transports : un tassement des salaires intenable

Les négociations sur les salaires sont au point mort dans la branche du transport de marchandises. Depuis le 1er janvier et la revalorisation du SMIC, les plus bas salaires de la branche sont…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.