actualité
actualité

L’Ofpra maintient la liste des "pays sûrs"

Publié le 3 jan 2020
Temps de lecture : 2 min.
Le conseil d’administration de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a décidé début novembre de maintenir la liste des pays d’origine « sûrs ». Dans certains d'entre eux, les droits des personnes LGBT ne sont pourtant pas respectés.

La liste des pays « sûrs » est restée inchangée depuis 2015, et ce malgré l’avis de 28 associations de défense des droits humains et de défense des droits des personnes LGBT, soutenu par le personnel de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), dont notre Confédération. Seize pays y sont inscrits : Albanie, Arménie, Bénin, Bosnie-Herzégovine, Cap-Vert, Géorgie, Ghana, Inde, Kosovo, Macédoine du Nord, Maurice, Moldavie, Mongolie, Monténégro, Sénégal et Serbie.

Or, parmi ces pays et en examinant uniquement la situation des personnes LGBT, certains criminalisent l’homosexualité quand d’autres ne garantissent aucune protection aux personnes LGBT :

  • au Sénégal, à Maurice et au Ghana, l’homosexualité ou la sodomie tombe sous le coup de la loi ;
  • en l’Inde, la récente dépénalisation de l’homosexualité ne suffit pas à réduire les craintes de persécutions ;
  • au Bénin, malgré l’absence de pénalisation, les personnes LGBT sont victimes d’une forte stigmatisation sociale et doivent vivre cachées ;
  • en Arménie, aucune disposition légale ne protège les personnes LGBT des persécutions et discriminations ;
  • dans les autres pays dits sûrs (Albanie, Bosnie, Mongolie, Géorgie, Kosovo, Moldavie, Macédoine, Monténégro, Serbie) la protection des personnes LGBT par les autorités n’est pas effective.

Pourtant, en 2018, une disposition législative plus favorable aux personnes LGBT avait été introduite dans la loi. En ne modifiant pas la liste des « pays sûrs », le gouvernement s’assoit sur les termes précis de la loi votée par sa majorité.

À la CGT, nous nous opposons à la notion de « pays sûrs » et donc au principe de liste de « pays d'origine sûrs », instaurée en France en 2005 et établie par le conseil d’administration de l’Ofpra, où siègent en majorité des représentants du gouvernement.

En France, un demandeur d’asile originaire d’un pays « sûr » voit sa demande classée en procédure accélérée. Dès lors, ses chances d’obtenir la protection asilaire diminue drastiquement. D’autant plus que depuis la loi « Asile-Immigration » de 2018, accéder à un recours est devenu plus difficile.

Les demandeurs d'asile venant d’un pays dit « sûr », peuvent être expulsés avant même la fin de la procédure et dès le rejet de leur dossier en première instance à l’Ofpra, c’est à dire avant même de pouvoir faire un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), prévu par la loi.

Les associations constatent que des mesures d’éloignement sont prises contre des personnes qui risquent leur vie dans leur pays d’origine, avant que la CNDA n’ait statué sur leur demande d’asile, les privant du droit à un recours effectif.

A voir aussi

Actualité

Discrimination raciste et systémique : des outils pour lutter

La lutte contre les discriminations racistes au travail, dans laquelle la CGT est engagée de longue date, a récemment gagné une victoire devant la justice, qui a reconnu le caractère systémique des…

Actualité

Licenciés pour leur conscience professionnelle

Yann Gaudin, conseiller dans une agence Pôle emploi de Rennes et lanceur d'alertes, a été licencié début juillet pour avoir aidé des demandeurs d'emploi et des intermittents à percevoir leurs…

Actualité

Le défenseur des droits dénonce un racisme systémique en France

Dans un rapport intitulé  « Discriminations et origines : l’urgence d’agir » et publié le 22 juin, le défenseur des droits lève le voile sur l'ampleur des discriminations subies par les personnes…

Nos repères CGT

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.