Pas de papiers mais un badge Amazon

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 25 mai. 2022
En Seine Maritime, des livreurs sans papiers d'une société sous-traitante d'Amazon se battent avec la CGT pour obtenir leur régularisation et une embauche de la multinationale.
Imagette
Egalité des chances

Des salariés sans-papiers livrent des colis pour Amazon. 

Depuis le jeudi 28 avril, huit salariés sans-papiers de la société sous-traitante Lumina Services se mobilisent avec la l'Union Départementale de Seine Maritime pour obtenir la régularisation de leur situation administrative.

Ils demandent aussi que leur soient payées des heures supplémentaires en retard et que le montant de leur salaire atteigne le minimum légal.

Lorsqu'ils ont tenté de faire valoir leurs droits, ils ont été avertis de leur licenciement par message téléphonique. Cette pratique étant illégale, ils sont toujours officiellement employés par Lumina Services.

Un piquet de grève a été installé à proximité de l'entrepôt Amazon de Saint-Etienne du Rouvray, des manifestations organisées dans la zone industrielle.

Le 1er mai, la société Lumina Services a organisé sa disparition en congédiant ses autres salariés par le biais d'un message téléphonique.

Les salariés de Lumina Services travaillent pour Amazon, qui leur fournit tous leurs outils de travail, du badge au téléphone. Amazon a recours aux services de nombreuses sociétés sans existence réelle comme Lumina Services.

Sans locaux, véhicules ou services propres, ces sociétés ont pour seul propos de fournir de la main d'œuvre à Amazon en période de surcroît d'activité.

Mais le recours à la sous-traitance entraîne un certain nombre de responsabilités pour le donneur d'ordre. Il doit par exemple s'assurer que son sous-traitant respecte ses obligations sociales, ne paie pas ses salariés en dessous du salaire minimum ou ne dissimule pas une partie de leur travail.

Amazon refuse encore de reconnaître sa responsabilité envers les travailleurs sans-papiers, mais a tout de même rayé Lumina Services de la liste de ses sous-traitants.

Les livreurs sans papiers et l'Union Départementale ont engagé un référé prud'homal contre Lumina et Amazon.

Ils demandent à Amazon de respecter ses engagements de donneur d'ordre en embauchant en CDI les salariés de son sous-traitant défaillant et en leur fournissant les formulaires nécessaires à leur demande de régularisation.

Pour la CGT, tous les salariés qui travaillent en France doivent bénéficier d'une égalité de traitement.

Le droit du travail français doit s'appliquer pour tous. Le travail des sans-papiers doit être reconnu et leur situation administrative être régularisée.

Sur le même thème

Actualité

Les banques gagnent « un pognon de dingue » sur le dos des pauvres.

Lire la suite
Actualité

Livreurs à vélo : le travail de terrain lieu de la syndicalisation

Lire la suite
Actualité

Comment le gouvernement soutient l’ubérisation

Lire la suite