Quand la privatisation nuit à la démocratie

Imagette
Publié le 29 juin 2021
Temps de lecture : 2 min.
Des dizaines de milliers de Français n'ont pas reçu les professions de foi des candidats aux élections régionales et départementales. Le Sénat a créé une commission d'enquête sur le sujet.

Les élections régionales et départementales n'ont pas été marquées uniquement par de forts taux d'abstention.

Les élections régionales ont aussi connu de graves problèmes dans la distribution de la propagande électorale.

La société privée Adrexo avait remporté le marché public pour l'acheminement du matériel dans 51 départements de 7 régions car elle y proposait de meilleurs prix que sa concurrente La Poste.

À l'occasion du premier tour des élections, des plis contenant des professions de foi ont été retrouvés dans la nature. Les intérimaires embauchés pour cette mission manquaient de temps pour tout distribuer.

Ces pratiques ne sont pas nouvelles chez Adrexo. En 2014, le documentaire « Dans la boîte » de la réalisatrice Nina Faure montrait déjà comment 40 000 distributeurs et distributrices de l'entreprise étaient payés une heure sur deux.

Pour le second tour, La Poste a repris la distribution de cinq millions de plis électoraux confiés à Adrexo. Dans les deux cas, « 4 à 5 % des gens qui auraient dû recevoir cette propagande électorale ne l'ont pas eue en raison des difficultés des sociétés » a affirmé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Auditionné par les sénateurs de la Commission des lois, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit favorable à ce que l'État reprenne la main sur la distribution de la propagande électorale, allant jusqu'à évoquer « un changement législatif qui empêcherait la propagande électorale de relever du domaine concurrentiel ». Le Sénat a acté la création d'une commission d’enquête le 24 juin.

Pour la Fapt CGT, « en faisant le choix de soumettre la distribution des plis électoraux à la loi du marché, l'État porte l'entière responsabilité d'une rupture d'égalité entre les citoyens ». En répondant aux désirs des actionnaires avant de se préoccuper des besoins de la société, les entreprises privées que sont Adrexo et La Poste nuisent à la démocratie.

Le retour à un service public de la communication est nécessaire.

A voir aussi

Actualité

Contre la fermeture des bureaux de poste : des mobilisations partout en France

Le nouveau plan stratégique de La Poste confirme l'accélération des fermetures de bureaux de poste. Des mobilisations ont lieu partout en France.

Actualité

Grand débat : des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux

Les annonces du président de la République confirment la mise en place de mesures qui ne sont pas à la hauteur des exigences portées par les différents mouvements sociaux qui secouent le pays ces…

Nos repères CGT

Les politiques publiques constituent, au niveau international, européen, national et local, un enjeu démocratique, social, économique et environnemental, un atout pour la cohésion sociale, pour une transformation sociale et écologique. Leur mise en œuvre nécessite des services publics, des établissements et entreprises publiques modernes, efficaces et gérés démocratiquement.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.