actualité
actualité

La Sécurité sociale plus essentielle que jamais !

Publié le 13 nov 2020
Temps de lecture : 4 min.
Il y a soixante-quinze ans, en 1945, la Sécurité sociale est mise en place. Elle instaure une mise en commun d’une partie de la richesse produite par les travailleurs, gérée démocratiquement par les travailleurs, et directement reversée aux personnes ayant des besoins sociaux (retraites, maladie, famille, accident du travail).

La Sécurité sociale, parce qu’elle fonctionne sur des principes opposés à ceux du marché, joue un rôle fondamental. Aujourd’hui, les fondements de la Sécurité sociale, bien que remis régulièrement en cause par les gouvernements successifs et le patronat, sont toujours d’actualité et sont plus légitimes que jamais.

Face à la crise sanitaire, les hôpitaux publics et leurs personnels ont été en première ligne, et ce, malgré les cures d’austérité imposées par les différents gouvernements depuis plus de vingt ans.

La Sécurité sociale rend possible pour tous l’accès au soin

Durant cette crise sanitaire, elle a été capable d’assumer :

  • l’extension automatique auprès des personnes les plus précaires des prestations de l’assurance maladie ;
  • de financer l’achat d’équipements médicaux et des tests PCR ;
  • d’assurer les paiements des indemnités journalière maladie qui ont explosée de plus de 40 % en un temps record.

Le fait d’avoir reconnu la Covid-19 comme maladie professionnelle pour le personnel médical a aussi permis une protection des travailleurs avec un revenu de remplacement complet et un remboursement total des frais médicaux en cas de forme grave d’infection par le virus. Les tickets modérateurs ont été pris en charge par l’assurance maladie et la téléconsultation a été remboursée à 100 %.

Les compétences « sociales » de la Sécu

La politique familiale menée par la Sécurité sociale a permis un droit à un congé parental pour la garde d’enfants pendant la période de fermeture des écoles, la suspension des activités de recouvrement des trop-perçus de prestations et le paiement anticipé de certaines prestations. Les pensions de retraites ont continué à être versées sans baisse malgré la chute du PIB, comme c’eut été le cas dans un système à point ou par capitalisation.

Si le chômage partiel ne fait pas partie des compétences de la Sécurité sociale (la branche chômage construite en 1958 est séparée de la Sécu), c’est bien elle qui en assume financièrement le coût, puisque l’État a transféré la dette Covid à la Cades, la caisse de recouvrement de la Sécurité sociale financée par les travailleurs à travers la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale).

Les finances de la Sécurité sociale assument également le report des paiements de cotisations et l’annulation des cotisations pour certaines entreprises, aménagements dont ont bénéficié 830 000 entreprises et 460 000 travailleurs indépendants.

Des aménagements fonctionnels pour faire face à la crise

Afin d’assurer l’effectivité de ces mesures, un certain nombre d’aménagements fonctionnels ont par ailleurs été mis en place, confirmant la capacité du système de Sécurité sociale à faire face à la crise. Certaines institutions ont su faire preuve d’une réelle efficacité à travers une coordination effective.

À titre d’exemple :

  • la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) a utilisé les portails existants ;
  • la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam) a étendu son service d’assistant conversationnel ;
  • la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a lancé des campagnes téléphoniques pour toucher les retraités vulnérables.

Bien que devenu aujourd’hui inopérant, le dispositif de « contact tracing » est en grande partie géré par l’assurance maladie mobilisant plus de 8 000 agents sur le dispositif.

Constamment mise à rude épreuve, la Sécurité sociale a prouvé, une fois de plus, à travers la crise de la Covid-19, qu’elle est indispensable grâce à son modèle unique et sa capacité à assumer de larges responsabilités au-delà du soin pour tous.

Pourtant, le gouvernement, à travers notamment les mesures proposées dans le PLFSS 2021 (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) et les nombreuses réformes à venir, s’obstine encore aujourd’hui à s’attaquer aux fondements même de la Sécurité sociale et à la mettre en difficulté financière en sapant ses financements.

La crise de la Covid met en lumière combien il est indispensable de défendre et améliorer le système de Sécurité sociale.

La CGT est présente dans chacune de ces instances, que ce soit au niveau national ou territorial, pour défendre cette institution. Le plan de reconquête de la Sécurité sociale que défend la CGT apporte des propositions et des solutions concrètes afin de la renforcer et de l’améliorer.

A voir aussi

Communiqués de presse

Stop aux pénalités financières pour les travailleuses et travailleurs pour cause de COVID !

Depuis quelques semaines, les foyers de contamination se multiplient notamment au sein des EHPAD et des entreprises sensibles.

Actualité

Contact tracing : un dispositif inefficace qui accapare les personnels de l'Assurance maladie

Le dispositif de « contact tracing » piloté par l’Assurance maladie et les agences régionales de santé (ARS) est de plus en plus inopérant, alors même qu’il mobilise le personnel de la Sécurité…

Actualité

L'État veut taxer les mutuelles pour combler le trou de la Sécu

Les complémentaires santé ont économisé 2,6 milliards d'euros de remboursements pendant la crise sanitaire, conséquence de l'arrêt des soins. L’État veut à présent récupérer une partie de cette somme…

Nos repères CGT

Les entreprises exercent une responsabilité sociale du fait de l’impact de leur activité sur la société et l’environnement. Elles ont donc des comptes à rendre aux populations sur l’ensemble des impacts de leur activité.

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.