Un électrochoc pour sauver le secteur sanitaire et social

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 21 Sep. 2022
Pendant l'été, plus de 120 services d'urgences n'ont pas pu fonctionner normalement. Face à cette situation inédite, les professionnels du secteur de la santé se mobilisent le 22 septembre devant les Agences Régionales de Santé, devant le siège de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), etc.
Imagette
TEST

De plus en plus de gens ne se soignent plus, ou trop tard

Services d'urgences contraints de fonctionner en pointillés, poursuite des fermetures de lits... Le système de santé français est à bout de souffle. Les patients sont nombreux à différer des soins dont ils auraient pourtant besoin. 

« Au vu de la dégradation des conditions de travail et de l'offre de soins, nous sommes très inquiets de voir l'hiver arriver, avec toutes les pathologies qui l'accompagnent. » s'alarme Mireille Stivala, secrétaire générale Fédération CGT Santé et action sociale.

Rupture de l'égalité d'accès aux soins

Les démissions et arrêts maladie se multiplient chez des soignants poussés à bout par ces conditions de travail épuisantes. Les personnes qui ont l'habitude d'aller à l'hôpital se rendent compte de la situation. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde.

« On se mobilise pour sensibiliser la population. Sans rupture politique forte, on court vers un système où seuls ceux qui en ont les moyens pourront se soigner. » alerte Mireille Stivala.

Plan de formation et de recrutement

Dans ces métiers, il semble difficile de supprimer complètement la pénibilité. Par exemple, il faut que des soignants travaillent le samedi et le dimanche. Mais pour rendre ces métiers plus attractifs, la CGT propose de réduire le temps de travail à 32 heures et de revoir les grilles salariales de tous les personnels. Les contractuels qui représentent environ 30 % du personnel devraient être recrutés.

Il faudrait également rémunérer les étudiants du secteur médical. Aujourd'hui, certains renoncent à faire des études de médecine faute de moyens. Ils pourraient signer un contrat avec l'Etat dès le début de leur cursus. Ils seraient rémunérés et pourraient étudier dans de bonnes conditions. Ces contrats permettraient à l'Etat de se projeter à long terme.

La CGT estime que l'hôpital public a besoin de recruter 100 000 postes, les EHPAD 200 000 et le secteur social et médicosocial 100 000.

Manifestation interprofessionnelle le 29 septembre

Augmenter les salaires et l’emploi est au cœur de la journée d’action interprofessionnelle du 29 septembre. Réussir cette journée contribue aussi à créer le rapport de force nécessaire pour gagner de bonnes retraites.

En savoir plus

Sur le même thème

Actualité

Après les applaudissements, les soignants exigent des embauches !

Lire la suite
Actualité

HÔPITAL : SILENCE, on ferme !

Lire la suite
Actualité

Croiser la grogne des usagers et celle des soignants

Lire la suite