Sanofi supprime 400 emplois dans la recherche

Imagette
Publié le 27 jan 2021
Temps de lecture : 2 min.
Le géant pharmaceutique Sanofi prévoit de supprimer 400 postes dans la recherche, alors que la France est confrontée à des pénuries de vaccins et de médicaments essentiels. En parallèle, l'entreprise continue à verser des millions d’euros de dividendes et de recevoir des aides publiques de l'État, attribuées sans contrepartie. Notre organisation appelle les salariés de Sanofi à une grève reconductible, à partir du 1er février, pour lutter contre ces destructions d'emploi et cette désindustrialisation.

En pleine crise sanitaire et alors que la France est confrontée à des pénuries de vaccins, Sanofi a annoncé vouloir supprimer 1 700 emplois en Europe, dont 1 000 en France.

Pourtant, l'entreprise va bénéficier pleinement du plan de relance français, sans compter les divers crédits d’impôts qui, en dix ans, représentent plus de 1,3 milliard d’euros du géant pharmaceutique.

Sanofi a notamment touché le crédit d’impôt recherche (CIR), sans contrepartie.

Ce crédit vise à soutenir et encourager les efforts de recherche des entreprises (130 millions d’euros par an environ). Malgré l'argent public engrangé par Sanofi, l'entreprise continue à détruire des emplois dans la recherche.

En 2021, un nouveau plan d’économies va frapper la recherche, avec la suppression de 400 postes, et entraîner de nouvelles fermetures de centres de recherche tandis qu'un nouveau plan de désindustrialisation se traduira par des fermetures d'usines françaises et européennes.

L'échec du vaccin de Sanofi durant les essais cliniques sonne comme le revers d’une stratégie destructrice d’emplois et de savoir-faire.

Plus de dix années de stratégies dictées par les plans d’économies au seul profit des résultats financiers mettent en péril les enjeux sanitaires de l’hexagone et de l'Europe. Alors que les pénuries de médicaments se sont multipliées en 2020, Sanofi compte arrêter la production de principes actifs hexagonaux jugés pas assez rentables pour un groupe.

Le géant pharmaceutique entend désormais concentrer ses recherches « sur les médicaments comme les vaccins », au détriment des autres traitements, dont certaines molécules ne sont plus vraiment rentables.

Pourtant Sanofi se porte bien avec un chiffre d’affaires en hausse de 5,7 % au troisième trimestre 2020 (soit 9,48 milliards d'euros), et un résultat net qui croît de 9,4 %.

L'an dernier, Sanofi a versé 4 milliards de dividendes à ses actionnaires, une prouesse qui fait de Sanofi l’une des neuf sociétés du CAC 40 à avoir maintenu ou augmenté son dividende en pleine crise sanitaire.

Aucune voix, ou si peu, ne s’élève en France et en Europe contre ce nouveau plan de désindustrialisation.

Notre organisation appelle les salariés de Sanofi à une grève reconductible, à partir du 1er février, pour protester contre ces suppressions d'emplois et ce plan de désindustrialisation.

A voir aussi

Actualité

Journée de mobilisation dans la santé et l'action sociale

Les personnels de santé et de l’action sociale seront en grève ce mardi 11 janvier à l’appel de l’intersyndicale du secteur qui rassemble 9 organisations dont la CGT.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.