actualité
actualité

Hôpitaux : plus de moyens et d’effectifs

Publié le 18 nov 2019
Temps de lecture : 2 min.
30 000 professionnels ont manifesté à Paris ce jeudi 14 novembre pour exiger davantage de moyens et d'effectifs.

Depuis plusieurs semaines, certains hôpitaux ont entamé une grève du codage, une initiative lancée par le collectif inter-hôpitaux pour interpeller l’assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) et son ministère de tutelle.

Qu'est ce que la grève du codage ?

Par la grève du codage, le personnel hospitalier s’attaque aux nerfs de la guerre : l’argent.

Le codage permet en effet d’assurer les recettes des hôpitaux. À chaque acte médical correspond un code et un montant, transmis à l’Assurance-maladie pour rembourser l’hôpital. Sans codage, il n’y a pas de facturation, et l’hôpital n’a plus de rentrées d’argent.

Partie de plusieurs hôpitaux de l’AP-HP, dont le personnel a appelé le 10 octobre dernier à l’arrêt du codage des actes et des soins, la grève s’est étendue, des hôpitaux de Marseille et Clermont-Ferrand ayant emboîté le pas. Le collectif inter‐hôpitaux envisage de recourir à d’autres modes de mobilisation, notamment boycotter les réunions institutionnelles, organisées à l’intérieur de l’hôpital, par les agences régionales de santé (ARS) ou le ministère de la Santé.

Et ensuite ?

Cette action s’inscrit dans le mouvement social qui traverse l’hôpital public depuis plusieurs mois, notamment dans les services des urgences, et qui a donné lieu à une large mobilisation jeudi 14 novembre.

L’ensemble des syndicats de la fonction publique hospitalière y sont engagés. Cette mobilisation témoigne d’une situation au bord de l’explosion : 49 % des professionnels de santé sont exposés au burn-out ; le manque de ressources et la surcharge de travail, les transports sont pour 64 % responsables de ces risques psychosociaux.

Pour la CGT, les revendications sont claires :

  • l’arrêt des fermetures de lits,
  • l’embauche massive de professionnels,
  • une augmentation de salaire de 300 € minimum pour l’ensemble du personnel

Alors que le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) est discuté au Sénat, l’Objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) proposé ne prévoit que 2,1 % d’augmentation, quand il faudrait une augmentation minimum de 5 % et l’annulation de la dette des hôpitaux pour répondre aux revendications.

La CGT appelle les personnels de la santé et de l’action sociale à la grève le 5 décembre.

A voir aussi

Actualité

Grand débat : des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux

Les annonces du président de la République confirment la mise en place de mesures qui ne sont pas à la hauteur des exigences portées par les différents mouvements sociaux qui secouent le pays ces…

Communiqués de presse

14 NOVEMBRE 2019 UNE MOBILISATION MASSIVE QUI NE RESTERA PAS SANS LENDEMAIN !

A l’évidence, Emmanuel Macron, son gouvernement et sa majorité parlementaire, persistent et signent dans leur volonté de mettre en œuvre une politique dévastatrice pour le monde du travail.

Actualité

Personnels de l'aide aux personnes âgées : le véritable débat, ils vont se le faire !

1000 débats et assemblées générales dans tous le pays et un constat partagé par toutes et tous... Depuis un an, aucune réponse concrète ne leur ont été apportée sur les moyens d’accompagner dignement…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.