Santé au travail : le patronat rejette toute responsabilité

Imagette
Publié le 17 déc 2020
Temps de lecture : 3 min.
Engagée à la mi-juin, la négociation interprofessionnelle sur la santé au travail s’est conclue le mercredi 9 décembre. Les organisations syndicales ont jusqu’au 8 janvier pour signer cet accord. La CGT lance une consultation direction de ses organisations jusqu'au 4 janvier pour décider de sa position quant à la signature de ce texte.

Les négociations interprofessionnelles sur la santé au travail n’ont pas abouti sur un ANI (accord national interprofessionnel)

Selon Jérôme Vivenza, membre de la commission exécutive confédérale et négociateur, “ce texte aura des conséquences désastreuses sur les salariés, voire sur leur espérance de vie”. De fait, cette proposition d’accord est une nouvelle occasion pour le gouvernement de dégrader les droits et les moyens des travailleur.ses concernant leur santé.

Après avoir supprimé les CHSCT (Comités d’hygiène, de santé et de conditions de travail ) avec les ordonnances Macron, fait reculer la reconnaissance des accidents du travail avec l’ANI sur le télétravail, cette proposition d’accord est une régression de plus.

Cet accord vise à dédouaner les employeurs de leurs responsabilités

Pourtant, cette responsabilité est imposée par le droit européen dans la directive-cadre européenne relative à la sécurité et à la santé au travail (directive 89/391 CEE) adoptée en 1989. Un cadre juridique auquel le patronat espère bien échapper, renvoyant toute responsabilité à la médecine du travail, voire à la médecine de ville qui pourtant ne connaît pas la spécificité des métiers et leurs risques.

Pis, ils souhaitent renvoyer la responsabilité aux travailleur.ses eux/elles-mêmes. Le patronat a ainsi réussi à installer des leviers qui lui permettront de transférer les conséquences des organisations pathogènes du travail vers les conditions de vie et habitudes de vie des salarié.es. 

Cette négociation est passée à côté de l’essentiel : la prévention primaire et une réelle possibilité pour les travailleurs d’agir sur l’organisation de leur travail pour qu’il ait du sens et une utilité.

Le patronat s’obstine à refuser l’intervention des salariés dans l’organisation du travail alors qu’ils en sont les premiers experts. Aucune amélioration n’est non plus apportée au droit d’expression des travailleurs.

Pour la CGT, tout travailleur devrait pouvoir s’exprimer sur son travail, sans risquer de subir une sanction ou une discrimination

Le droit d’alerte devrait être à disposition de tous les salariés et s’appliquer aux questions de santé publique et de santé environnementale.

Notre organisation souhaite un accord avec de nouveaux droits, incluant par exemple le rattachement des Services de Santé au Travail et de la médecine du travail à la Sécurité sociale afin de mettre en œuvre une grande politique de santé au travail en toute indépendance, ainsi que le retour des CHSCT, qui seraient dotés de plus de compétence, notamment sur l’impact environnemental des entreprises.

La pauvreté de ces accords remet en cause le paritarisme et le patronat doit assumer ses responsabilités.

 

A voir aussi

Actualité

Le 23 septembre, 24 heures sans aide à domicile

Sous-payées et travaillant dans des conditions difficiles, les aides à domicile feront entendre leur voix le 23 septembre dans toute la France.

Communiqués de presse

Décision du conseil constitutionnel : La dégradation des droits fondamentaux des travailleuses et des travailleurs va-t-elle sérieusement permettre d’endiguer la pandémie mondiale de Covid 19 ?

La CGT prend acte de l’avis du Conseil Constitutionnel sur la loi relative à la gestion de la crise sanitaire et dénonce le manque de courage de ce dernier qui octroie de nouveaux pouvoirs…

Actualité

Les syndicats hospitaliers appellent à une nouvelle grève le 2 juillet (NVO)

À Paris, le 2 juillet, un rassemblement doit être organisé à Bercy, devant le ministère des Finances, suivi d'une manifestation en direction du ministère des Solidarités et de la Santé.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large, qui ne peut pas se réduire à une absence de maladie. Il est donc nécessaire d’avoir une approche globale de sa définition.