actualité
actualité

Personnel soignant épuisé et services saturés : le gouvernement n’a tiré aucune leçon de la première vague

Publié le 9 nov 2020
Temps de lecture : 2 min.
Saturation des hôpitaux, manque de moyens, épuisement des personnels soignant…la gestion désastreuse de la crise sanitaire a donné lieu à un nouveau confinement alors que la France est touchée par la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus.

Face à la saturation des services de réanimation et au manque de lits, le gouvernement a imposé un nouveau confinement début novembre. 

8 500 lits ont disparu depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron

Ce déficit de lits incombe très largement à différents membres du gouvernement en place : Roselyne Bachelot, ministre de la Santé de 2007 à 2010, a supprimé près de 40 000 lits et 8 500 lits ont disparu depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

Pire, après la première vague, le gouvernement a continué à fermer des lits et à exiger des milliards d’économies à l’hôpital public (4 milliards d’euros d’économies imposées à l’hôpital public dans le cadre du PLFSS 2021), c’est-à-dire à mener la même politique qui a rendu l’hôpital exsangue.

De fait, la crise actuelle est essentiellement due à l’incapacité de notre système de santé à gérer à la fois les malades habituels et une augmentation d’activité liée à l’épidémie. Si nous avions armé les services de réanimation des 12 000 lits demandés (contre 5 800 aujourd’hui)), l’hôpital serait moins sous tension. Il faut rappeler que même avec ce potentiel, la France resterait encore derrière l’Allemagne qui dispose en période normale de plus de 15 000 lits.

Les personnels soignant souffrent aujourd’hui d’épuisement professionnel

Déjà éprouvé par la première vague, le personnel soignant doit désormais faire face à la deuxième vague de coronavirus autant qu’à l’incurie du gouvernement dans sa gestion de la crise.

La majorité d’entre eux et elles souffrent aujourd’hui d’épuisement professionnel. D’après une enquête réalisée par l’Ordre national des infirmiers début octobre, 57 % des enquêtés sont « en situation d'épuisement professionnel ». Plus d'un tiers des infirmiers salariés indiquent être « en effectifs réduits par rapport à la normale », et 57 % estiment « ne pas disposer du temps nécessaire pour prendre en charge les patients ».

D’après l’Ordre national des infirmiers, les enseignements tirés de la première vague ne sont pas suffisamment pris en compte et les directions hospitalières se montrent sourdes à l’épuisement des soignants. Certaines directions vont même jusqu'à leur demander de prouver qu’ils sont réellement épuisés.

Dans ce contexte, notre organisation a lancé sa campagne « Formez-Embauchez-Nous sommes épuisé·e·s » avec une enquête sur le recensement des besoins, service par service et établissement par établissement.

La première urgence est le recrutement de personnels. Nous réclamons un plan d’embauche massif d’au moins 400 000 personnes :

  • 100 000 à l’hôpital,
  • 200 000 en Ehpad,
  • 100 000 pour l’aide à domicile.

A voir aussi

Actualité

La Sécurité sociale plus essentielle que jamais !

Il y a soixante-quinze ans, en 1945, la Sécurité sociale est mise en place. Elle instaure une mise en commun d’une partie de la richesse produite par les travailleurs, gérée démocratiquement par les…

Communiqués de presse

Stop aux pénalités financières pour les travailleuses et travailleurs pour cause de COVID !

Depuis quelques semaines, les foyers de contamination se multiplient notamment au sein des EHPAD et des entreprises sensibles.

Actualité

Hôpital public : les urgences en burn out et en grève

Interview avec le docteur Christophe Prud’homme, médecin urgentiste au Samu 93, responsable à la fédération CGT de la Santé et Action sociale.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large, qui ne peut pas se réduire à une absence de maladie. Il est donc nécessaire d’avoir une approche globale de sa définition.