actualité
actualité

Débat Delevoye-Martinez à la Fête de l'Huma (NVO)

Publié le 16 sep 2019
Temps de lecture : 2 min.
Au lendemain de la grève massive à la RATP contre la réforme des retraites, le débat entre Philippe Martinez et Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, a été un des temps forts de la Fête de l'Humanité.

Le sujet des retraites continue d'enflammer le débat social. Rendu public le 12 septembre dernier, un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et Le Figaro montrait que 67 % des Français ne pensaient pas qu'Édouard Philippe proposerait une bonne réforme. Le 13 septembre, une grève des personnels de la RATP paralysait massivement les métros et RER parisiens. Le gouvernement ne ménage pourtant pas sa peine pour soigner sa communication sur le sujet.

C'était la mission assignée à Jean-Paul Delevoye, qui a accepté l'invitation du journal l'Humanité à venir débattre avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, lors de la Fête de l'Humanité, à La Courneuve, samedi 14 septembre.

« J'ai tout de suite accepté l'invitation, car je partage avec beaucoup d'entre vous une inquiétude profonde de voir la fragilité de notre démocratie. » Courageux, il lui aura fallu retrousser ses manches et essuyer quelques quolibets avant d'entrer dans le vif du sujet devant une salle très critique face au projet libéral du gouvernement, en général, et face au projet de réforme des retraites, en particulier.

Égalité par le haut versus égalité par le bas

Jean-Paul Delevoye a justifié la nécessité de cette réforme en invoquant le spectre du pire, expliquant vouloir « éviter d'aller vers le modèle anglo-saxon ».

Sur la refonte des 42 régimes de retraite en un seul, le haut-commissaire invoque le principe d'égalité des personnels, « les mêmes règles pour tous, les mêmes indemnisations ; à cotisations identiques, retraites identiques ».

« Oui, mais il faut le faire par le haut », rétorque Philippe Martinez, c'est-à-dire en reconnaissant la pénibilité des différents métiers. « Notre système de retraite est le meilleur au monde. Il est basé sur la répartition, mais aussi sur la solidarité, pas la charité », martèle ensuite le leader de la CGT. Avant de rappeler qu'au nom des réductions des dépenses publiques, les salariés français ont déjà fait les frais de la baisse des prestations sociales et des pensions, ces dernières années.

 

Lire la suite de l'article sur le site de la NVO

A voir aussi

dossier

Pas de hasard pour ma retraite, je veux savoir quand et avec combien je partirai !

La CGT, depuis déjà plusieurs mois, alerte le grand public sur les dangers de la réforme des retraites qui ne dit pas son nom : Précarité !

Actualité

En septembre, une rentrée sociale et environnementale bouillante !

Alors que des projets de régressions sociales fleurissent dans de nombreux secteurs de la société, la rentrée sociale va être bouillante, avec comme point d'orgue les mobilisations du 20, 24 et 27…

Actualité

Retraite : une autre réforme est possible

Le régime à points préconisé par le gouvernement fera baisser les pensions. Pourtant financer un régime solidaire de retraite par répartition est possible. À condition d’appuyer sur les bons leviers.

Nos repères CGT

La CGT propose le droit à une retraite pour tous les salariés, dès l’âge de 60 ans, avec les moyens de vivre dignement.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.

Pour aller plus loin

Kiosque CGT
France

Le Kiosque CGT

Publié le 10 oct. 2019