Fabien Jobard : « Le flash-ball est contestable en matière de maintien de l’ordre »

Imagette
Publié le 15 fév 2019
Temps de lecture : 2 min.
Dans un entretien à la NVO, le sociologue Fabien Jobard observe le niveau de répression très élevé de la part des forces de l’ordre depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Une situation selon lui exacerbée par la verticalité du régime présidentiel, qui génère une confrontation brutale.

Alors que l’on dénombre 300 cas de violences policières et 2 000 blessés depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », le sociologue Fabien Jobard souligne « le niveau de violence très élevé » de la force publique et du pouvoir. En l’espèce, « le nombre de mutilés et de blessés chez les manifestants est plus important qu’en 1968 » alors que la police d’aujourd’hui est suréquipée.

Fabien Jobard s’accorde également avec la CGT et la Ligue des droits de l’homme dans leur recours pour interdire les lanceurs de balle de défense (LBD). Selon lui, le Flash-Ball est contestable en matière de maintien de l’ordre, tant « il inflige des blessures graves et irréversibles ». D’ailleurs, cette arme a longtemps été refusée par les CRS et les gendarmes mobiles qui la jugeaient contraire à la doctrine du maintien de l’ordre, avant que la loi Sarkozy de 2002 pour la sécurité intérieure n’encourage son usage.

Sur le projet de loi anticasseurs, qui prévoit notamment la création d’un fichier des personnes interdites de manifester, sur le modèle des interdits de stade, le sociologue argue qu’il s’agit « d’une démarche sécuritaire incertaine ». Le fichier, constitué à partir de renseignements policiers, se fera sans qu’une autorité judiciaire indépendante n’ait prononcé une culpabilité après examens contradictoire des faits. D’une part, manifester est une liberté constitutionnelle, contrairement au fait d’assister à un match de foot. D'autre part, l’arsenal sécuritaire pour sanctionner les attroupements est déjà très suffisant.

Face à l’absence de réponse sociale qui donne souvent l’impression que les peuples n’obtiennent rien sans violence, Fabien Jobard souligne que « la contradiction entre une parole facilitée à grande échelle par les réseaux sociaux d’un côté, la rigidité du système électoral hyper sélectif et la verticalité du régime présidentielle », éclate bien souvent en confrontation violente.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’article sur NVO.fr

A voir aussi

Actualité

Mines et énergie : mobilisation pour le service public et pour des augmentations

Les salaires n'augmentent pas aussi vite que l'inflation. Dans le secteur des mines et de l'énergie, un rattrapage d'au moins 10 % serait nécessaire pour les remettre à niveau. La FNME-CGT …

Actualité

Luxfer : une renaissance industrielle

Après 1138 jours de lutte, le projet de reprise d’activité du dernier producteur de bouteilles de gaz à haute pression en aluminium en Europe porté par les salariés et leur syndicat CGT, a enfin été…

Actualité

Nouvelles restrictions sanitaires : le monde du spectacle replonge

Depuis le début de la crise sanitaire, la masse salariale dans le spectacle vivant a baissé de 66 %. Une douzaine d'actions sont prévues dans toute la France jeudi 19 et vendredi 20 janvier pour…

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.