La Chocolaterie de Bourgogne n'a pas dit son dernier mot

Imagette
Publié le 16 juin 2021
Temps de lecture : 2 min.
Aujourd'hui en liquidation judiciaire, la chocolaterie connue pour fabriquer les escargots de Bourgogne se bat pour trouver un repreneur.

Créée en 1921 par Lanvin, la Chocolaterie de Bourgogne a été rachetée près de huit fois entre 1978 et 2018.

La CGT, présente depuis 1968 dans l'entreprise, s'est battu à chaque fois avec une même ligne directrice : refus de la fermeture et reprise par une entreprise du monde du chocolat.

Le 3 juin dernier, la chocolaterie, fermée depuis février 2021, a accueilli les délégués du Congrès fédéral pour une journée de travail.

Une motion a été apportée à la mairie, afin d'interpeller les pouvoirs publics. « Notre outil de travail ne peut en aucun cas devenir une friche. Ce n'est pas parce qu'ils ont fermé qu'ils ont raison. Tout peut se reconstruire quand on a un projet. » commente Anita Binacchi, militante CGT, ex-salariée de la chocolaterie où elle a travaillé pendant 40 ans.

La CGT a ainsi rédigé un document alternatif, proposant de se baser sur les productions et savoir-faires existants pour une reprise viable.

Dimensionnée pour 500 salariés, l'énorme usine est en capacité de produire 40 000 tonnes par an. Les repreneurs ont tous été alléchés par les marques fabriquées ici, dont le fameux escargot de Bourgogne.

Chaque repreneur, après la cession de Nestlé à Barry Callebaut, a fait baisser le nombre de salariés, la qualité de vie au travail, et fait décliner une partie de l'usine par exemple en faisant le choix de ne plus fabriquer qu'un seul produit.

« À chaque fois, le système capitaliste a créé les conditions pour tirer un maximum de profits au détriment de l'usine et des salariés. » analyse Anita Binacchi.

En rachetant l'usine, Nestlé a ainsi essayé de réduire les coûts de l'escargot de Bourgogne en utilisant des ingrédients de moindre qualité. Les salariés se sont là aussi mobilisés pour revenir à la recette d'origine.

À chaque nouvelle étape de l'histoire de la chocolaterie, les salariés ont acquis de nouvelles compétences et se sont battus pour leur reconnaissance.
Aujourd'hui ils entendent bien interpeller les responsables politiques afin de trouver une solution. Et si le repreneur n'est pas un industriel, pourquoi pas l'Etat ?

A voir aussi

Actualité

Une intervention présidentielle « hors sol » et pleine de contradictions

Lors de son intervention télévisée d’hier, le président de la République a fait la démonstration de son décalage avec la réalité sociale du pays et a multiplié les contradictions. Un discours où la…

Actualité

Les livreurs à vélo en lutte

Le samedi 26 juin 2021, marque la naissance du syndicat CGT des « Entreprises de livraison deux-roues de Paris ». Le huitième syndicat, affilié à la CGT, qui rejoint ceux de Bordeaux, Lyon, Nantes,…

Actualité

Quand la privatisation nuit à la démocratie

Des dizaines de milliers de Français n'ont pas reçu les professions de foi des candidats aux élections régionales et départementales. Le Sénat a créé une commission d'enquête sur le sujet.

Nos repères CGT

Cette politique énergétique doit tenir compte de la préservation de l’environnement et des ressources planétaires. L’énergie est un produit de première nécessité, des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers, un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.