Ubérisation : la lutte des livreurs à vélo

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 9 oct. 2019
Les livreurs Deliveroo, qui mènent depuis plusieurs mois une lutte contre la plateforme pour obtenir des droits sociaux, s’apprêtent à se rendre à Londres pour rencontrer les syndicats britanniques et manifester devant le siège de Deliveroo.
Imagette
coursiers à vélo

La lutte continue pour les coursiers Deliveroo. Après le mouvement de grève du mois d’août, - où les livreurs contestaient des salaires faibles, une couverture sociale insuffisante et conditions de travail dangereuses -, et le périple de 1000 km parcourus par des livreurs bordelais pour porter leurs revendications à Paris, les coursiers ubérisés ont manifesté le 24 septembre en tête de cortège.

Création de syndicat

Suite à ces actions, la création de syndicat CGT de coursiers à vélo s’est multiplié. En plus des syndicats déjà implantés à Bordeaux et Dijon, un nouveau a été créé à Lyon et trois autres sont en cours à Paris, Nantes et Mulhouse. “Il y a une appétence des coursiers à vélo pour les organisations syndicales classiques, pour eux, les syndicats sont utiles pour revendiquer des garanties collectives”, rapportent Fabrice Angei, membre du bureau confédéral de la CGT.

Les discussions avec la direction de Deliveroo n’ont pour l’instant pas abouties. “Ils nous ont reçu dans un hôtel, c’est un tactique classique des plateformes pour empêcher d’identifier le siège social, et dissimuler le lien de subordination entre l’entreprise et les coursiers”.

La bataille se mène aussi sur le champ législatif et juridique. “L’idée est de doter ces travailleurs de droits et de garanties collectives fortes issues du code du travail”.

Sur le terrain législatif

La CGT sera auditionnée à la fin du mois par une commission sénatoriale sur la question de la protection sociale. Un projet de loi sur la protection sociale a par ailleurs été déposé par le Parti Communiste.  “Des actions sont lancées auprès des conseils des Prud’hommes. On accompagne juridiquement ceux qui demandent une requalification en contrat de travail, mais aussi d’autres revendications : on sera par exemple partie intervenante sur l’affaire du livreur parisien qui a été déconnecté de la plateforme suite à l’action de la grève. On leur apporte un soutien juridique et logistique”, témoigne Fabrice Angei.  

Union internationale 

La semaine prochaine, la lutte prendra une envergure internationale. En effet, les livreurs Deliveroo rencontreront les syndicats anglais à Londres et manifesteront devant le siège. Une rencontre avec la direction de Deliveroo est aussi prévue.

Sur le même thème

Actualité

Un syndicat CGT de coursiers à vélo voit le jour

Lire la suite
Actualité

Projet de loi LOM, des reculs en perspective

Lire la suite
Actualité

Les livreurs à vélo de Deliveroo organisent leur colère

Lire la suite