Pour une politique migratoire d'accueil et contre la loi Darmanin

Temps de lecture : 5 min.
Publié le 7 déc. 2023
Le collectif uni.e.s contre l'immigration jetable (UCIJ 2023) s'oppose à la politique discriminatoire du gouvernement, fondée prioritairement sur le soupçon et la répression en matière de migration et d'asile. Il revendique une politique migratoire d'accueil digne et le respect des droits de toutes et tous. Des rassemblements sont prévus les lundis 11 et 18 décembre.
Imagette
Visuel mobilisation 11 décembre UCIJ

40 ans après, nous marchons toujours pour l'égalité, pour la justice, contre le racisme et la loi Darmanin

Il y a 40 ans, des marcheurs issus des quartiers populaires de grandes villes françaises arrivaient à Paris pour dénoncer le racisme et défendre l'égalité des droits. 40 ans après, ce combat est toujours d'actualité.

Après son passage au Sénat, le projet de loi asile immigration tel qu'adopté s'inspire des pires idées d'extrême-droite sur les personnes étrangères. Au vu de la teneur des débats, la haine de l'autre, le racisme et la xénophobie ont désormais toute leur place dans les enceintes du Parlement.

Le gouvernement s'apprête à faire passer ce projet de loi à l'Assemblée nationale.

Les lundis 11 et 18 décembre, l'UCIJ 2023, appel à des rassemblements partout en France pour une politique migratoire d'accueil et pour obtenir le retrait du projet de loi.

 

 

Le projet initial était déjà synonyme de précarité aggravée des étrangers·ères y compris celles et ceux ayant des papiers. La version du texte votée par le Sénat a durci considérablement le projet initial.

Le Sénat réussit à pousser l'attaque contre les droits fondamentaux des personnes étrangères à un niveau d'inhumanité jamais atteint auparavant, au mépris des textes internationaux, des traités européens et même de la Constitution et de son préambule, dans un élan de surenchère xénophobe.

Si le texte était voté en l'état, ce serait sous prétexte de motivations aussi floues et flottantes que le "non respect des principes républicains" ou de "menace pesant sur l'ordre public" :

  • la fin du renouvellement automatique de certains titres de séjour,
  • la possibilité de supprimer le titre de séjour, voire d'expulser toute personne étrangère sur simple décision administrative, à la discrétion des préfets.

Les droits des étrangers·ères en général seraient fortement restreints et aucune solution acceptable ne serait apportée à la situation des milliers de personnes sans-papiers, en particulier grâce à leur régularisation.

En revanche, les dispositifs disponibles pour les précariser, les réprimer et les expulser seraient, eux, renforcés.

  • L'aide médicale d'état (AME) pour les personnes sans-papiers serait transformée en aide médicale d'urgence et donc supprimée pour l'immense majorité des soins.
  • Le délit de séjour irrégulier (aboli en 2012) serait rétabli et passible de 3750€ d'amende.
  • Des quotas migratoires devraient être votés par le Parlement tous les 3 ans pour fixer le nombre d'étrangers·ères admis·es à s'installer en France (hors demandeurs d'asile) : c'est une façon d'exclure de toute possibilité de régularisation des milliers de personnes qui pourraient l'être.
  • La durée du séjour ouvrant droit au regroupement familial passerait de 18 à 24 mois.
  • L'accès aux cartes de séjour et de résident pour les conjoint.es de français·e et les parents d'enfants français serait restreint.
  • Les étudiants·es qui effectueraient leur premier séjour en France seraient contraints·es d'avoir une somme d'argent fléchée comme "caution de retour".
  • Le droit aux allocations familiales et à l'aide personnalisée au logement (APL) serait conditionné à 5 ans de séjour régulier.
  • L'accès à la nationalité française pour les conjoints·es de français·es serait conditionné à un niveau de français plus élevé qu'auparavant.
  • L'acquisition automatique de la nationalité à leur majorité pour les enfants nés en France de parents étrangers serait supprimée.
  • Le délai de résidence pour demander la naturalisation passerait de 5 à 10 ans de séjour régulier.

Et bien d'autres mesures toutes plus inhumaines et restrictives des droits les unes que les autres.

La régularisation des sans-papiers par le travail 

L'article 3 qui prévoyait un titre de séjour de plein droit dans les métiers en tension a été supprimé par le Sénat.

Pour le collectif UCJ 2023, ce dispositif faisait craindre la possibilité de rendre la ou le salarié·e captif·ve de son employeur pour longtemps. Quant à la prétention du projet d'enlever des mains des patrons la régularisation, le texte sorti du Sénat obligera les préfectures à vérifier la réalité du travail auprès des employeurs. Et aucun d'entre eux n'aura intérêt à avouer à l'État qu'il utilise de la main-d'œuvre sans-papiers.

Soulignons que tous les pseudo-droits existants ou concédés se heurteront, de toute manière, à la quasi-impossibilité d'obtenir un rendez-vous pour le dépôt de la demande en préfecture. 

Un fichier des mineur·es étranger·es isolé·es délinquant·es serait créé.

Par ailleurs, les jeunes majeur·es recevant une obligation de quitter le territoire Français (OQTF) se verraient systématiquement privé·es de la possibilité de bénéficier d'un contrat jeune majeur·e et les 0QTF, accompagnées dans un nombre grandissant de cas d'interdiction de revenir sur le territoire (IRTF), seraient rendues encore plus faciles et même systématiques notamment pour les personnes déboutées du droit d'asile sans même vérifier qu'elles sont expulsables ce qui aggravera le nombre de personnes dites ni-ni, c'est à dire ni régularisables et inexpulsables privées de tous leurs droits.

Plus que jamais, nous disons que d'autres politiques sont possibles basées sur l'accueil, le respect et l'égalité des droits. C'est possible quand les responsables politiques le décident comme on l'a vu avec les réfugié·es ukrainien·nes.

Aussi, afin de demander le retrait du projet de loi Darmanin, le collectif appel à la mobilisation :

 

Lundi 11 décembre 2023 à Paris de 13h à 16h devant l'Assemblée nationale

Lundi 18 décembre à l'occasion de la journée internationale des migrants, des rassemblements sont prévus sur tout le territoire.
 

Sur le même thème

Actualité

Les activités sociales et culturelles des CSE sont pour tous les salarié·es !

Lire la suite
Actualité

Monsieur Bruno Le Maire, le Livret A ce n’est pas pour l’armement, mais pour le logement social !

Lire la suite
Actualité

Loi immigration : le Conseil constitutionnel censure une partie du texte

Lire la suite