actualité
actualité

Immigration : durcissements en vue

Publié le 3 oct 2019
Temps de lecture : 2 min.
Un an s’est écoulé depuis le vote par le Parlement de la loi « asile et immigration ». Et déjà, l’exécutif pose les bases d’une nouvelle réforme, toujours plus stigmatisante à l’égard des étrangers.

Le 30 septembre à l’Assemblée nationale et le 2 octobre au Sénat, les parlementaires sont appelés à débattre de l’immigration, à la demande d’Emmanuel Macron. Même si les discussions ne seront pas suivies d’un vote, l’intention du président et de son gouvernement est bien de les conduire, à terme, à légiférer.

Dans un article publié le 24 septembre, Le Monde dévoilait la liste des chantiers que le ministère de l’Intérieur, principal concerné, entend ouvrir et soumettre au débat.

Ce document prône un nouveau durcissement de la politique migratoire et des conditions d’accueil des étrangers sur le sol français :

  • accès restreint à certaines prestations sociales pour les étrangers entrés et/ou qui se sont maintenus illégalement sur le sol français ;
  • baisse de 25 % de l’allocation versée aux candidats à l’asile, dès le rejet de leur première demande ; renforcement de la politique d’expulsion ;
  • révision de l’Aide médicale d’État, réservée aux personnes en situation irrégulière

Il s’agit de dissuader les candidats à l’exil en France. En parallèle, le ministère de l’Intérieur souhaite un contrôle plus strict des conditions de regroupement familial et de naturalisation.

« C’est détestable », s’insurge Céline Verzeletti, membre du bureau confédéral, opposé à une nouvelle restriction des droits des étrangers. « Lancer ce débat en ces termes et dans ce contexte, c’est une façon de stigmatiser et pointer du doigt une partie de la population, déjà très fragile, pour diviser et détourner le débat public du sujet essentiel de la répartition des richesses… »

À quelques mois des élections municipales, et alors que les mobilisations se multiplient contre la politique gouvernementale, le lancement de ce débat dégage une odeur de souffre.

A voir aussi

Actualité

Coronavirus : nos réponses à vos questions

Afin de limiter les conséquences du virus COVID-19 sur l’activité, le gouvernement a notamment décidé d’élargir les conditions de recours au dispositif d’activité partielle.

Actualité

Loi d'urgence : un coup porté au droit du travail

Alors que la la loi d’urgence sanitaire pour faire face à l’épidémie de Covid-19 a été adoptée par le Parlement dimanche 22 mars 2020.

Actualité

La colère monte dans le monde de la recherche

Se saisissant du moment exceptionnel dans la vie de la nation que représente l’épidémie de Covid-19, le président de la République et avec lui le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.