actualité
actualité

LBD : la CGT lance un recours auprès de la CEDH

Publié le 7 oct 2019
Temps de lecture : 2 min.
La CGT a décidé de lancer un recours auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour faire interdire l’usage du lanceur de balle de défense (LBD 40) en manifestation, une arme policière non-létale qui a blessé grièvement 193 manifestants, dont une vingtaine ont perdu l’usage d’un œil, depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ».

La CGT a décidé de lancer un ultime recours auprès de la CEDH pour faire interdire l’usage du LBD 40 en manifestation, au côté de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), du Syndicat de la Magistrature (SM), du Syndicat des avocats de France (SAF), des organisations de jeunesse (UNL et UNEF) et de Solidaires. Cette décision a été prise après avoir été déboutée devant le tribunal administratif de Paris et devant le Conseil d’État, 

Depuis décembre 2018, la Confédération s’est engagée dans une démarche juridique pour obtenir l’interdiction du LBD 40 et pour dénoncer la doctrine du maintien de l’ordre en manifestations.

« Le Conseil d’État a rendu une décision de rejet le 24 juillet en jugeant que l’usage de la violence par certains manifestants justifie pleinement l’utilisation des LBD 40 et que son utilisation serait parfaitement proportionnée : les blessures graves relèveraient exclusivement de la responsabilité individuelle des membres de force de l’ordre qui auraient éventuellement mal respecté les conditions d’utilisation », rapporte la responsable du service juridique de la CGT.

Pour la CGT, cette décision est contestable et c'est pour cela que cette question sera portée en dernier recours  devant l’instance européenne.

Les arguments qui seront portés devant la Cour européenne seront sensiblement les mêmes. « Il s’agit de démontrer que les règles encadrant l’usage du LBD 40 lors des manifestations sont contraires à la Convention européenne des droits de l’Homme pour atteinte à la liberté de manifester, à la dignité humaine, au droit à la vie et à la protection de l’intégrité physique ».

Àa différence du Conseil d’État, qui se contente d’évaluer de manière abstraite la conformité des textes de loi, la CEDH porte une analyse plus concrète sur la situation, tenant compte des blessures causées par les forces de l’ordre.

À l’échelle internationale, de nombreuses alertes ont déjà été lancées, notamment la résolution adoptée au Parlement européen, le Mémorandum de la commissaire aux droits de l’Homme au Conseil de l’Europe, et l’alerte de la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme.  

A voir aussi

Actualité

Les barèmes Macron mis à mal

Les barèmes Macron, qui fixent un plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif, ont été de nouveau fragilisés par la décision de la Cour d’appel de Reims le 25 septembre.

Actualité

Barème « Macron » : la fronde continue !

Alors que la Cour de cassation a rendu, mercredi 17 juillet 2019, un avis de conformité du plafonnement des indemnités pour licenciement abusif au regard des règles internationales, le combat n’est…

Actualité

Procès France Télécom : le silence du mépris

Jeudi 11 juillet avait lieu le dernier jour du procès France Télécom. Alors que le jugement ne sera rendu que le 20 septembre, le parquet a requis les peines maximales prévues par la loi pour «…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.