Les jeunes discriminés et dévalorisés dans leur travail

Imagette
Publié le 9 déc 2021
Temps de lecture : 2 min.
La Défenseure des droits publie son 14ème baromètre sur la perception des discriminations dans l'emploi. Il est consacré cette année à la jeunesse, confrontée aux discriminations à toutes les étapes de son parcours d'insertion professionnelle.

Plus d'un jeune sur trois déclare avoir vécu une situation de discrimination ou de harcèlement discriminatoire dans le cadre du travail.

Près d'un jeune sur cinq rapporte y avoir été confronté à plusieurs reprises. Ces chiffres sont issus de la 14ème édition du baromètre sur la perception des discriminations dans l'emploi menée par la Défenseure des droits, Claire Hédon, avec l'Organisation Internationale du Travail (OIT) auprès d'une population de 30201 jeunes actifs de 18 à 34 ans.

Les discriminations rapportées ont lieu en premier lieu lors d'un recrutement (pour 34 % des répondants ayant déclaré une discrimination) et dans le quotidien de travail (pour 34 % d'entre eux).

Lors d'un entretien d'embauche, près d'un jeune sur deux a déjà fait l'objet de propos déplacés ou de remarques désobligeantes.

Près de 90 % des jeunes âgés de 18 à 34 ans déclarent avoir déjà connu une situation de dévalorisation au cours de leur vie professionnelle. Ils sont principalement exposés à la sous-estimation de leurs compétences, à la mise sous pression pour faire toujours plus et à la réalisation de tâches inutiles et ingrates.

Plus de la moitié des jeunes victimes de discriminations ont entrepris des démarches à la suite des faits.

La plateforme de la Défenseure des droits antidiscriminations.fr et le numéro de téléphone 3928 sont là pour orienter les victimes de discriminations. 7 juristes sont disponibles du lundi au vendredi de 9h à 18h.

Pour la CGT, le droit à la non-discrimination est globalement satisfaisant. Mais il doit être mis en œuvre de manière efficace.

L'employeur devrait par exemple tenir un registre qui permette aux représentants du personnel de consulter toutes les candidatures à un emploi ou à un stage. Ceci permettrait d'identifier d'éventuelles discriminations.

A voir aussi

Actualité

Salaires tassés, vie sociale étriquée

Alors que le coût de la vie augmente, les salaires se tassent et le Smic ne permet plus de vivre décemment.

Actualité

Ordonnances Macron : bilan d'un « dialogue social » dégradé

Quatre ans après la mise en œuvre des ordonnances travail, le comité chargé d'évaluer leurs effets économiques et sociaux décrit un « dialogue social » dégradé dans les entreprises.

Actualité

Au cœur de la question de l'émancipation des femmes : la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail

En introduction aux manifestations #NousToutes du 20 novembre et aux actions sur les lieux de travail qui auront lieu le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination des violences faites…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.