actualité
actualité

Le télétravail n'est pas assez appliqué

Publié le 12 fév 2021
Temps de lecture : 2 min.
Dans la foulée des annonces du Premier ministre vendredi 29 janvier, la ministre du Travail Élisabeth Borne et le secrétaire d’État chargé des Retraites et de la Santé au travail ont réuni les syndicats le 1er février pour faire le point sur le protocole sanitaire en entreprise et l’application des règles du télétravail.

Une réunion avec la ministre du travail Élisabeth Borne s'est tenue début février, suite aux annonces de Jean Castex concernant la gestion de l’épidémie.

Il a été notamment question des règles relatives au télétravail, dont le respect paraît central dans la lutte contre le Covid-19.

À l'heure actuelle, 36 % des salariés travaillent en présentiel.

Les organisations syndicales CFDT, CGC, FO, CFTC ont déploré que, malgré l'accord national interprofessionnel, « les employeurs ne jouent pas le jeu de la concertation et du dialogue social ».

Des employeurs refusent sa mise en place ou n’en permettent pas des conditions optimales. Ceci contribue à ce que le nombre de salariés en télétravail régresse. Pour renforcer le caractère effectif du télétravail, la ministre a annoncé un durcissement du contrôle des entreprises par l'inspection du travail (accompagnent dans un premier temps et sanctions au besoin).

Notre organisation a tenu à rappeler que l’accord national interprofessionnel sur le télétravail du 26 novembre n’est ni propice à encourager le télétravail, ni un frein à son érosion dans la période, et ce malgré la « prise en compte » des circonstances exceptionnelles.

Il convient désormais d'éviter que le télétravail conduise à un travail dégradé.

Pour ce faire, plutôt que de demander aux organisations de porter la « bonne parole » gouvernementale, l’État devrait être plus directif en poussant à ce que les entreprises et les branches concluent des accords assurant :

  • la santé des salariés en télétravail ;
  • l’effectivité du droit à la déconnexion ;
  • la fourniture des équipements ;
  • la prise en charge des frais professionnels ;
  • ainsi que les conditions de bon exercice du droit syndical et des IRP (instances représentatives du personnel).

Pour rendre effectif le télétravail, il est nécessaire d’aller au-delà des métiers éligibles pour identifier quelles activités peuvent être télétravaillées pour chacun des métiers.

Pour lutter contre l’intensification du travail, qu’il soit induit par le télétravail ou le couvre-feu, notre organisation propose de mettre en place sa proposition de réduction du temps de travail à 32 heures qui serait ainsi testée grandeur nature.

Alors que les vacances scolaires se profilent, notre organisation a aussi alerté sur la question spécifique des femmes, sur qui repose particulièrement le travail domestique. Le premier confinement au printemps dernier avait conduit à cumuler pour ces salariées le travail à domicile et la garde d’enfants.

A voir aussi

Actualité

Activité partielle et activité partielle longue durée

Afin de limiter les conséquences de la Covid-19 sur l’activité, le gouvernement a notamment décidé d’élargir les conditions de recours au dispositif d’activité partielle.

Actualité

Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

À l’heure où « la relance de l’économie » est prétexte pour demander toujours plus de sacrifices aux salariés, la CGT propose de sortir de cette crise en transformant profondément notre modèle de…

Actualité

Vers la semaine de 32h

Plusieurs ordonnances ont été adoptées dans le cadre de l'Etat d'urgence sanitaire. L’une d'elles permet de travailler jusqu’à 60 heures par semaine. Dans le même temps, le Medef demande à augmenter…

Nos repères CGT

La CGT propose une organisation du temps de travail permettant à chaque salarié de concilier vie privée et vie professionnelle.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.