Non-augmentation du Smic : le disque libéral est rayé

Imagette
Publié le 7 déc 2020
Temps de lecture : 3 min.
Le collège d'économistes, diligenté par le gouvernement pour auditer le Smic, a rendu ses recommandations dans un rapport transmis, mardi 1er décembre, au ministère du Travail ainsi qu’aux syndicats. Sans surprise, il préconise de s'abstenir de tout « coup de pouce » au 1er janvier, au-delà de la revalorisation automatique. Notre organisation revendique de longue date la revalorisation du Smic à 1 800 euros.

Les experts mandatés par le gouvernement pour auditer le Smic préconisent, tout comme les années précédentes, « de s’abstenir de tout coup de pouce sur le Smic au 1er janvier 2021 »

Avec le contexte de la crise sanitaire et sociale issue du Covid-19, la décision prend une tonalité particulière. Fin 2020, le pays comptera 900 000 privés d’emploi selon l’Unedic et un million de pauvres supplémentaires, alors que le CAC 40 a gagné 1000 points en trois semaines (depuis la création du CAC 40 les résultats de novembre 2020 sont les meilleurs encore jamais enregistrés).

Il apparaît clairement que le même logiciel délétère est toujours à l’œuvre

Les experts justifient leur recommandation par des « raisons structurelles auxquelles s'ajoutent les effets de la crise due à la Covid-19 ».

En temps de crise, la récession sert de chantage pour maintenir les salaires à la baisse et « préserver les emplois ». En temps de croissance, il s’agit a contrario de « préserver la compétitivité » et « éviter l’inflation » – donc là encore pas d’augmentation. « L’État n’a pas le pouvoir d’augmenter les salaires. Cela doit se négocier dans les entreprises », nous objecte-t-on en boucle. C’est faux ! L’État a le pouvoir d’augmenter le Smic, et mécaniquement, d’enclencher une hausse pour l’ensemble des salaires.

Ailleurs en Europe, des gouvernements ont pris cette initiative très récemment :

  • en Allemagne, une revalorisation de 8 % du salaire minimum a été décidée ;
  • en Espagne, le gouvernement a augmenté de 22 % le salaire minimum, soit la plus forte hausse depuis 1977 ;
  • au Portugal, le gouvernement s’est fixé comme objectif une hausse de 25 % du salaire minimum sur l’ensemble du mandat. En 2019, l’augmentation a été de l’ordre de 4 % et en 2020 de 6 %.

L’austérité salariale est au cœur du système libéral depuis quarante ans

Depuis les années quatre-vingt, la part des salaires dans la valeur ajoutée ne cesse de décroitre. Il est donc urgent de partager les richesses et que les salariés obtiennent leur dû ! Avec la crise sanitaire, la pression sur les salaires se fait plus forte : le gouvernement vient d’inviter le patronat à se saisir de l’outil des accords de performance collective, qui imposent une baisse de salaire et/ou une hausse du temps de travail au prétexte de sauver l’emploi.

Message reçu, entre autres, chez Derichebourg, au sein du groupe L’Équipe, ou chez Ryan Air, avec des baisses de salaire de 10 à 20 %.

La recommandation de ne pas augmenter le Smic, au-delà des « seuls mécanismes de revalorisation automatique » (l’inflation et le SHBOE) est un message lancé à tous les travailleurs. Notre organisation revendique sans relâche la revalorisation du Smic à hauteur de 1 800 euros.

A voir aussi

Actualité

Hausse automatique du Smic : encore un effort !

Le gouvernement a été obligé d'augmenter le Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance) car l'inflation est supérieure à 2 %. Cette mesure est inscrite dans le Code du travail.

Actualité

Quelle reconnaissance pour les salariés de la « deuxième ligne » ?

Exposés au Covid sans pour autant être soignants, ils ont continué à travailler pendant le premier confinement. Ils attendent toujours que les risques qu'ils ont pris soient reconnus par le…

Actualité

Une hausse des salaires urgente pour la relance

Le mal nommé « plan de relance » repose sans surprise sur la même conception erronée des questions économiques en France. Au lieu de proposer une trajectoire de sortie de crise de long terme,…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.