Hausse automatique du Smic : encore un effort !

Imagette
Publié le 16 sep 2021
Temps de lecture : 2 min.
Le gouvernement a été obligé d'augmenter le Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance) car l'inflation est supérieure à 2 %. Cette mesure est inscrite dans le Code du travail.

Le Smic augmentera de 34,20 euros au 1er octobre.

Il passera donc à 1 589 euros, soit 10,48 euros de l'heure.

Si la CGT exige chaque année que le salaire minimum soit augmenté, le gouvernement refuse fermement. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait même affirmé récemment que « donner un coup de pouce au Smic » reviendrait à « donner un coup de canif au redressement de l'emploi ».

Il ne s'agit donc pas là d'une décision gouvernementale mais d'une revalorisation automatique, prévue par le Code du travail en cas d'inflation supérieure à 2 %.

Pour Boris Plazzi, responsable de la CGT, cette augmentation est « très insuffisante. Le gouvernement n'a aucune volonté de revaloriser substantiellement le Smic alors que qu'on ressent l'augmentation des prix tous les jours, particulièrement sur les produits de première nécessité comme le gaz, l'essence ou les pâtes ».

La vocation d'un salaire minimum est de répondre aux besoins fondamentaux.

Le Code du travail stipule que le Smic « assure aux salariés dont les rémunérations sont les plus faibles la garantie de leur pouvoir d'achat et une participation au développement de la Nation ».

Les salariés au Smic sont de plus en plus nombreux alors qu'ils sont de plus en plus qualifiés. « Aujourd'hui, le salaire est la première préoccupation des salariés du privé comme du public, ajoute Boris Plazzi. Il y a urgence à augmenter le Smic et l'ensemble des salaires. »

La CGT appelle à l'ouverture immédiate des négociations salariales dans le privé comme dans le public, pour remettre à niveau toutes les grilles salariales.

Boris Plazzi alerte sur certaines promesses d'augmentations de salaires. Lorsque la candidate à la présidentielle Valérie Pécresse parle de « revaloriser le pouvoir d'achat », il s'agit en fait d'augmenter les salaires nets.

Moins de cotisations seraient versées pour les travailleurs, les recettes de la Sécurité sociale ou des caisses de retraite baisseraient.

La CGT demande l'augmentation des salaires bruts et la réévaluation du SMIC à 2 000 euros brut.

Pour la CGT, le montant du Smic doit intégrer les gains de productivité du travail réalisé à l'échelle du pays. Il doit contribuer à une redistribution de la valeur ajoutée plus favorable aux salariés.

La hausse régulière du Smic doit se répercuter automatiquement sur les grilles de salaire. Elle contribue, par la consommation des salariés, à la croissance économique. Elle favorise ainsi le développement de l'activité et de l'emploi.

A voir aussi

Actualité

Raison d'aller manifester le 5 octobre : les salaires !

Les chiffres le disent : les salaires se tassent et le patronat à tendance à ne pas reconnaître la qualification des salariés.

Actualité

C’est quand le bon moment pour augmenter les salaires ?

Si on écoute les patrons, ce n’est JAMAIS le bon moment pour augmenter les salaires. Même quand les signaux sont aux verts. En mai 1968, par exemple, les syndicats patronaux criaient à la catastrophe…

dossier

“Augmenter les salaires... c’est possible !”

Pour déconstruire les idées reçues sur les salaires, la CGT met à disposition, chaque semaine, des outils à destination des militants pour faire grandir le rapport de forces sur la question des…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.