Retraites complémentaires : ouverture de négociations

Imagette
Publié le 1 juil 2021
Temps de lecture : 2 min.
Le 21 juin, une première séance de négociation a réuni patronat et syndicats autour des comptes du régime de retraite complémentaire des salariés du privé Agirc-Arrco.

Les régimes complémentaires de retraite qui ont précédé l'Agirc-Arrco avaient pour objectif de compléter les allocations du régime de Sécurité sociale de manière à ce que chaque retraité puisse conserver un niveau de vie équivalent à celui procuré par le salaire.

L'objectif de l'Agirc-Arrco est tout autre : assurer sa propre pérennité financière.

À cet effet, ses réserves financières doivent représenter au minimum six mois d'allocations sur n'importe quelle période glissante de quinze ans. Le déficit de 2020 est important : 5,3 milliards d'euros.

Il est dû avant tout à l'impact des mesures prises pour répondre à la crise : chômage partiel et mesures de report d'échéances. La fédération Agirc-Arrco a donné l'alerte car les réserves sont passées sous le seuil de six mois de prestations avant 2033.

C'est la raison pour laquelle représentants des employeurs et des travailleurs doivent négocier aujourd'hui.

Alors que ces négociations s'ouvrent, les mesures gouvernementales à venir sur le régime général de retraite ne sont pas encore connues. Il semble pourtant difficile de prendre des décisions sans base solide.

Le gouvernement Macron ayant tenté de mettre en place un système de retraite par points inspiré du régime complémentaire Agirc-Arrco, il est à craindre que les mesures adoptées sur le régime complémentaire servent de modèle pour de futures réformes des régimes de base.

Pour le Medef, la priorité absolue est le rétablissement des six mois de réserve.

Pour faire rentrer l'argent nécessaire dans les caisses, il propose de faire baisser les pensions des retraités. Une telle mesure porterait un coup fatal au principe de solidarité entre les générations, qui impose que les droits des actifs et des retraités évoluent au même rythme.

La CGT s'y oppose fermement.

D'autres discussions peuvent s'engager sur les ressources financières du régime, en augmentant les sommes qui seraient versées par les entreprises, dont certaines ont versé des dividendes importants à leurs actionnaires alors même qu'elles percevaient des aides publiques.

La CGT défend le niveau des pensions, qui ne doit pas devenir la variable d'ajustement de l'équilibre du régime.

A voir aussi

Actualité

Assurance chômage : Le gouvernement sourd à la situation sociale…

Le projet de décret décrivant la mise en application des annonces du gouvernement concernant l’assurance chômage vient d’être connu. Sa lecture éclaire sur l’écart entretenu entre les discours…

dossier

La sécurité sociale : connaître son passé pour défendre son avenir

La sécu... par la diversité de ses prestations, nous accompagne tout au long de notre vie. Pour autant, peu connaissent l’origine de cette institution, son histoire, ses fondements, son…

Actualité

Initiative CGT pour une Sécurité sociale du XXIe siècle

À l’occasion du 75e anniversaire de la Sécurité sociale, la CGT organise, le 7 octobre 2020, une initiative pour débattre des propositions syndicales renforçant et développant le système de Sécurité…

Nos repères CGT

Les entreprises exercent une responsabilité sociale du fait de l’impact de leur activité sur la société et l’environnement. Elles ont donc des comptes à rendre aux populations sur l’ensemble des impacts de leur activité.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.