Rassemblements pour l’emploi, les droits sociaux et les libertés

Imagette
Publié le 3 déc 2020
Temps de lecture : 4 min.
La crise sanitaire, mal gérée par ce gouvernement, se transforme en grave crise économique, sociale, écologique et démocratique. À chaque annonce, des milliers de personnes basculent dans une extrême pauvreté. Elles sont de plus en plus nombreuses à ne plus pouvoir subvenir à leurs besoins essentiels et vitaux. Les rangs de celles et ceux privés d’emploi grossissent inexorablement.

Tous les jours, un plan de suppression d’emplois est annoncé par des grands groupes pourtant peu impactés par la crise sanitaire et inondés d’aides publiques

La colère extrême des victimes des politiques menées depuis des décennies, agrégée au refus de l’accaparement d’une très grande partie des richesses par les actionnaires, est grandissante et légitime.

Avant l’annonce du nouveau confinement, l’Unedic prévoyait déjà 670 000 nouveaux inscrits à Pôle emploi fin 2020, pulvérisant la barre des 6 millions de travailleurs inscrits, sans compter le halo du chômage.

Le nombre de chômeurs explose mais de grosses entreprises utilisent le coronavirus comme prétexte pour licencier et poursuivre leur course aux profits

Plutôt que de défendre les emplois existants, et de combattre le chômage en partageant le travail, le gouvernement continue d’abreuver le patronat de centaines de milliards d’aides publiques et d’exonérations de cotisations sociales, sans conditions de sauvegarde de l’emploi et sans aucune contrepartie.

Au lieu d’assurer une protection sociale à toutes celles et tous ceux qui subissent le chômage et basculent de façon massive vers les minima sociaux et la pauvreté, le gouvernement s’apprête à appliquer sa réforme de l’assurance chômage au 1er avril 2021. Ce serait la double peine pour les plus jeunes, encore plus touchés par le chômage et la précarité.

Visuels mobilisation pour l'emploi
retrouvez tous les visuels pour la bataille de l'emploi

Licenciements, chômage, précarité, pauvreté ne sont pourtant pas une fatalité !

Dans le seul secteur de la santé, dans les hôpitaux comme les Ehpad, 400 000 emplois manquent pour remplir les missions, après des années de dégradation du service public.
La relocalisation des emplois en France est une nécessité contre le dumping social comme un impératif écologique. D’autres choix sont possibles !

Le 5 décembre, journée annuelle de lutte contre le chômage, pour l’emploi et les droits des privé.es d’emploi

Avec la CGT, mobilisons-nous le 5 décembre pour :

  • le droit au travail : toute personne a droit à un emploi de son choix ;
  • des embauches immédiates dans le privé et le public pour répondre aux besoins ;
  • des aides conditionnées à l’arrêt des licenciements, aux embauches, et au développement du droit à la formation ;
  • une réduction du temps de travail à 32 heures pour travailler toutes et tous ;
  • l’annulation définitive de la réforme assurance chômage ;
  • l’ouverture de droits à toutes et tous, en commençant par une prolongation de tous les droits en cours et la suppression des seuils d’accès à la protection sociale

 

Face aux multiples mobilisations et actions revendicatives, le gouvernement multiplie les lois liberticides

En créant de nouveaux délits pour les manifestant.es et celles et ceux qui s’organisent et se mobilisent pour l’amélioration des conditions de vie et de travail le gouvernement cherche à museler la population. Les syndicalistes payent le prix fort de la répression et sont de plus en plus sanctionnés et entravés dans leur activité militante sur les lieux de travail.

Le projet de loi sécurité globale, le nouveau schéma national du maintien de l’ordre pour les manifestations, la loi de programmation pour la recherche et celle contre les « séparatismes » sont les nouvelles armes au service d’un gouvernement autoritaire et représentent de graves atteintes aux libertés essentielles pour les conquêtes sociales.

Le 5 décembre, journée annuelle de lutte contre le chômage, pour l’emploi et les droits des privé.es d’emploi constitue une occasion pour exiger :

  • d’autres politiques sociales,
  • le retrait pur et simple de la réforme de l’assurance chômage, 
  • un vrai plan de développement de l’emploi.

C'est l’occasion aussi de défendre et d’exiger le renforcement des libertés, des droits de presse et d’expression, des droits de manifester et de faire grève pour contrer les violences sociales infligées à la population.

Dans un certain nombre de départements, des initiatives pour l’emploi et pour les libertés se connectent.
En Île- de-France, la manifestation de Porte des Lilas jusqu’à République sera la conjonction des manifestant.es pour l’emploi et de celles et ceux de la marche des libertés et des justices initiée par la coordination #StoploiSécuritéGlobale.

Carte des mobilisation
5 décembre : retrouvez toutes les rendez-vous de mobilisations 

La CGT appelle les organisations à initier et à participer aux différentes initiatives et manifestations en lien avec la journée d’action contre le chômage et la marche des libertés et des justices contre le projet de loi de sécurité globale.

Avec toutes les précautions sanitaires, manifestons ce samedi 5 décembre dans toutes les régions pour vivre et travailler dignement !

A voir aussi

Actualité

Manifestations du 1er et du 5 octobre : la colère monte face aux inégalités qui s'aggravent

Plus de 160 000 manifestants disaient hier dans toute la France leur mécontentement face aux choix du gouvernement.

Actualité

Raison d'aller manifester le 5 octobre : l'emploi !

En France, 64 % de la population âgée de 15 à 64 ans occupent un emploi. De nombreux travailleurs enchaînent les heures supplémentaires pendant que d'autres sont au chômage, subissent des temps…

Actualité

Le 5 octobre, tous unis pour nos droits

Le 5 octobre, mobilisé-es pour nos salaires, nos emplois et nos conditions de travail et d’études ! Faire du 5 octobre une date incontournable de la mobilisation sociale

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.