Profits : il faut redistribuer les richesses aux travailleurs qui les créent

Temps de lecture : 3 min.
Publié le 13 oct. 2022
Alors que nombre de grandes entreprises engrangent des profits importants, ces bénéfices ne se retrouvent pas dans les négociations salariales en cours. Chez TotalÉnergies, superprofit ne rime pas avec partage de la richesse avec les travailleurs.
Imagette
baromètre éco 2022

La grève des salariés de TotalÉnergie n’est pas un caprice de nantis

La crise s’intensifie autour de la question des salaires. Depuis quelques jours, :des fausses informations discréditent la grève des salariés de TotalÉnergies, faisant croire qu’il s’agit d’un mouvement de quelques privilégiés grassement rémunérés.

Rétablissons la chronologie et l’exactitude des faits. 

Les premières grèves ont débuté le 29 septembre, lorsque TotalÉnergies annonce des bénéfices record : 5,7 milliards de dollars pour le second trimestre, soit 2 fois plus que l’an dernier (2,2 milliards) à la même époque, après 9 milliards de dollars au premier trimestre 2022 !

Dans le même temps, le groupe pétrolier prévoit le versement d’un acompte sur dividende exceptionnel de 2,62 milliards d'euros à ses actionnaires. 

En 2021, année où le groupe a engrangé 18,1 milliards de dollars, le PDG Patrick Pouyanné s’est augmenté de 52 %, passant de 3,9 à 5,9 millions d’euros.

Prenons l’argent là où il se trouve

Dès la fin septembre, les travailleurs exigent une réouverture anticipée des négociations obligatoires annuelles (NAO).

Une situation tendue, qui arrive après le refus du gouvernement de créer une taxe des profits et des dividendes versés aux actionnaires.

« Les salariés réclament une plus juste répartition des revenus issus du travail, de leur travail ! » insiste Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale CGT.

Salaires trop bas, inflation galopante

L’accord salarial du 3 octobre 2022 dans la branche Pétrole (que la CGT n’a pas signé) montre que les premiers coefficients (130 à 200) sont inférieurs au Smic.

  • Un opérateur de raffinerie (coefficient entre 170 et 215) commence au Smic ;
  • les chefs opérateurs (coefficient entre 310 et 340) ont un salaire de 2995,92 euros brut mensuel.

On est loin du chiffre de 5000 euros brut en moyenne annoncé par la direction de TotalEnergies, qui parle de moyenne dans un secteur où les écarts de rémunération entre les salariés et les cadres sont très importants.
Et l’inflation, prévue autour de 6 % pour 2022, vient accroitre les difficultés des travailleurs.

Le gouvernement attise le feu

Le gouvernement, lui, préfère marquer une position d’autorité sur les grévistes, notamment en ordonnant la réquisition de certains salariés, plutôt que de faire pression sur le groupe pour commencer des négociations. La CGT a déposé un référé sur les réquisitions.

Le gouvernement a pourtant deux leviers qu’il n’utilise pas pour régler la question des salaires :

  • légiférer pour relever automatiquement les minimas en fonction de l’augmentation du Smic
  • mettre en place l’échelle mobile des salaires, qui permettraient à tous les salaires d’augmenter en même temps que le Smic, deux revendications portées par la CGT. 

Pour toutes ces raisons, mercredi soir, la grève était reconduite chez TotalEnergies et chez Esso-ExxonMobil.

Un peu partout en France, les travailleurs se révoltent et réclament des négociations salariales dignes, au moins à la hauteur de l’inflation. 

La CGT appelle les salariés à répondre par la grève interprofessionnelle mardi 18 octobre.

Tract manifestation 18 octobre 2022
Tract manifestation 18 octobre

 

Sur le même thème

Communiqués de presse

Mobilisations et grèves le 18 octobre pour l’augmentation des salaires et la défense du droit de grève

Lire la suite
Actualité

Quoi qu'il en coûte... à qui ?

Lire la suite
Actualité

Retraites : bâillonner les opposants à la réforme n’est pas gagner !

Lire la suite