actualité
actualité

Plan de relance : le gouvernement applique les mêmes recettes libérales

Publié le 8 sep 2020
Temps de lecture : 3 min.
Le Gouvernement a dévoilé son plan de relance de 100 milliards d'euros jeudi 3 septembre, dans le cadre d'une conférence de presse. Ce plan est à l’image de la stratégie économique globale du gouvernement : à côté de la plaque, inefficace et en trompe-l’œil.

Arroser du sable ! L'expression résume à elle seule la stratégie économique du gouvernement et son « plan de relance », qui a pour objectif de retrouver le niveau de croissance de 2019 d'ici la fin de l'année 2022.

Il s'élève à 100 milliard d'euros et se décline en 70 mesures « pour soutenir l'offre et la demande », selon le premier ministre. Force est de constater que ces mesures bénéficient avant tout aux entreprises.

Quid des précaires, des privé.es d'emploi, des salarié.es ?

Ce plan ne s'adressent pas à eux...  De même, les services publics, qui ont pourtant montré leur rôle majeur en plein cœur de la crise, comptent parmi les grands absents des annonces du gouvernement.

Alors que recouvre réellement ce chiffre mirobolant ?

Sur ces 100 milliards d'euros, 40 sont censés venir du plan de relance européen, qui n’est pas encore voté. Tandis que 30 milliards correspondent à des mesures déjà annoncées auparavant. 

Si le gouvernement met en avant sa volonté de souveraineté et de relocalisation, les moyens mis en œuvre ne sont pas à la hauteur des enjeux. Un milliard d’euros est dédié spécifiquement aux relocalisations, dont 600 millions pour la sécurisation des approvisionnements.

Mais pas un mot sur la reconstruction de filières essentielles, en France comme en Europe, pour assoir notre indépendance sur des filières stratégiques comme le médicament.

Rien non plus d’annoncé pour les milliers de salariés des secteurs dont les grands groupes délocalisent ou réduisent l’emploi (Sanofi, Nokia, Air France, Renault, etc.) et dont les sous-traitants sont en première ligne. La baisse des impôts de production à hauteur de 20 milliards tient seule lieu de politique industrielle.

Les entreprises seront ainsi exonérées d’impôts de production à hauteur de 10 milliards d’euros par an et ce sans aucune condition. Une politique industrielle, telle que nous l’appelons de nos vœux, s'inscrirait dans une véritable planification environnementale, et consisterait en de massifs investissements et prises de participation des pouvoirs publics pour orienter la production à partir des besoins. 

Concernant la transition écologique, le gouvernement propose une succession de mesures en trompe l'oeil. Dans l'enveloppe du plan, 30 milliards sont consacrés à la transition énergétique, en priorité dans les secteurs d'activité les plus polluants (transports, industrie, agriculture, etc.). Ce qui revient à "doubler les investissements que l'Etat consacre habituellement à l'écologie", vante Jean Castex.  Après des années de renoncements sur les questions environnementales - le dernier en date étant sans doute la réintroduction de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave -, le gouvernement voudrait faire croire à un grand basculement de notre production vers un modèle de transition écologique !  

Malgré de légères avancées sur des sujets sur lesquels nous formulons des propositions depuis longtemps (hydrogène, rénovation thermique des bâtiments, transports), les mesures concrètes sont bien maigres et inadaptées : une énième «prime à la rénovation» fait figure de politique de rénovation pour les particuliers. La décarbonation de l’industrie repose quant à elle sur la bonne volonté des grands groupes à qui on va déverser des milliards.

Faut-il le rappeler ? Seule une planification et une politique industrielle d’ampleur sera à-même de répondre aux enjeux environnementaux et à la crise climatique.  

A voir aussi

Actualité

17 septembre : premier rendez-vous de mobilisation

Malgré toutes les incertitudes liées au contexte sanitaire, économique et social, des dizaines de milliers de salariés, de jeunes, de retraités et privés d’emploi se sont mobilisés ce 17 septembre,…

Actualité

Analyse du projet de loi de finances rectificative (PLFR)

Le gouvernement a présenté le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR) mercredi 5 juin en Conseil des ministres. Il prévoit un déficit de 11,4 % – chiffre inégalé depuis 1956 – et une…

Actualité

500 milliards d’euros ; comment Macron gonfle les chiffres

Dimanche 14 juin, Emmanuel Macron a annoncé avoir mobilisé 500 milliards d'euros pour son « plan de relance massif ». Ce chiffre, trompeur, recouvre en réalité des dispositifs qui n'ont pas grand…

Nos repères CGT

La fiscalité est un puissant moyen pour réduire l’injustice sociale, générer des ressources pour financer
des investissements de long terme et répondre aux besoins sociaux et économiques.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.