Un "Radar travail et environnement" pour combattre le greenwashing des entreprises

Temps de lecture : 3 min.
Publié le 21 déc. 2022
Pour lutter contre le réchauffement climatique, les entreprises ont leur rôle à jouer. Justement, l’une des conséquences de la loi Climat et Résilience est de donner aux Comités sociaux et environnementaux (CSE) des compétences sur les questions environnementales.
Imagette
Visuel livret environnement

La CGT a décidé de mettre entre les mains des salarié.es un outil leur permettant d’agir véritablement dans leurs entreprises pour la défense de l’environnement.

Un travail de longue haleine. Baptisé « Radar travail et environnement », cet outil est le fruit d’un partenariat noué il y a plus de neuf mois, entre l’Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict-CGT) et “Pour un réveil écologique “, un collectif d’étudiants et de jeunes diplômés. 

Objectif : offrir aux salariés le moyen de combattre le “greenwashing” dans les entreprises, c’est-à-dire quand la défense de l’environnement ne va pas au-delà de l’opération de communication. 

En pratique, le radar travail et environnement, veut donner des leviers d’action aux salarié.es pour agir vraiment en faveur de la transition écologique. La mise en place de ce nouvel outil “se fera en quatre étapes”, explique Fabienne Tatot, secrétaire nationale de l’Ugict-CGT, en charge du pilotage du fameux Radar, et conseillère du Conseil économique, social et environnemental. 

1ère étape : l’état des lieux 

Dans un premier temps, il reviendra aux syndicats d’établir un état des lieux de la politique environnementale de l’entreprise ou de la collectivité.

Un véritable diagnostic mené autour de sept axes allant du réchauffement climatique à l’effondrement de la biodiversité, puis aux questions de stratégies des entreprises et de leurs politiques sociales. Il servira de base pour établir des propositions.

A charge ensuite pour les salarié.es ou les fonctionnaires de porter leurs propositions et avec leurs syndicats de “définir leurs priorités revendicatives", ajoute Fabienne Tatot. 

La dernière étape, explique la secrétaire nationale, permettra “aux syndicats et aux salariés de porter leurs revendications auprès de l’entreprise et de suivre leurs évolutions”. 

La CGT pionnière pour suivre la politique RSE des entreprises

Enfin, il reviendra aussi aux personnels des entreprises publiques ou privées de s’assurer que leurs revendications sociales et environnementales (RSE) sont bien prises en compte dans les faits comme dans la durée par leurs entreprises ou administrations.
Le suivi devra assurément être accompagné par leur syndicat et principalement la CGT, pionnière en la matière. 

Avec le Radar Travail environnement, l’Ugict-CGT veut dégager “une image de ce que font ou ne font pas les entreprises”, en faveur de l’environnement. Car les enjeux sont importants en matière de formations, d’emplois, de recrutements et de conditions de travail.

Fin 2023, le syndicat présentera une restitution nationale de cette expérience qui vise à mettre en avant les vraies politiques de développement durable des entreprises, et traquer les opérations de greenwashing. 

Sur le même thème

dossier

La transition écologique : le choix d’une politique de développement humain

Lire la suite
Actualité

Le collectif "Plus jamais ça" appelle le gouvernement à mettre en place des mesures d'urgences

Lire la suite
evenement

11 février : Appel à la grève et à manifestation contre la réforme des retraites - interprofessionnel / intersyndical

Lire la suite