actualité
actualité

Le 1er mai : tous ensemble pour bâtir l'avenir

Publié le 30 avr 2019
Temps de lecture : 1 min.
Travailleurs, salariés, retraités et privés d’emploi, partout dans le monde en ce 1er mai, nous serons mobilisés pour faire entendre nos exigences pour vivre dignement dans la paix et en faveur du progrès social.

Les mobilisations populaires ces dernières semaines en Algérie, au Soudan ou ailleurs à travers le monde démontrent le rejet par les peuples des régimes totalitaires, despotiques et corrompus et exigent le respect des droits de l’Homme et la mise en place de véritables démocraties.

En France, cette année, plus que jamais, il y a urgence à nous mobiliser massivement pour porter haut et fort nos revendications.

Les urgences sont nombreuses : sociale, écologique, fiscale, démocratique et le quotidien des travailleurs qui ne cesse de se dégrader.

Le 1er mai 2019 sera placé sous le signe de la reconquête de nos acquis sociaux - déjà largement rognés et pourtant toujours dans le viseur du président de la République et du gouvernement - et de la conquête de nouveaux droits pour les travailleurs, car ce sont eux qui créent de la valeur.

Télécharger le tract et voir les rassemblements sur la carte interactive

A voir aussi

Actualité

La carte des mobilisations du 1er Mai

Retrouvez les mobilisations organisées près de chez vous le 1er mai !

Actualité

Temps de travail : Emmanuel Macron en marche... arrière !

Alors que l’on fête les 100 ans de la journée de 8 heures, Emmanuel Macron a menti dans son allocution du 25 avril 2019, arguant que nous devions travailler davantage car nous étions ceux dont la…

Actualité

Mobilisation du 19 mars : fin du grand débat, maintenant il faut répondre aux exigences sociales !

Le succès de la mobilisation du 19 mars 2019, qui a rassemblé plus de 350 000 manifestants dans toute la France, illustre la détermination des travailleurs, retraités, privés d’emploi à faire…

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.