actualité
actualité

Violences faites aux femmes : un manque d’ambition et de moyens criant

Publié le 3 déc 2019
Temps de lecture : 3 min.
Malgré une mobilisation record, les annonces gouvernementales sont bien en deçà des attentes des acteurs de terrain.

Après une mobilisation record : la colère

C’est le temps de la colère pour les associations et la CGT qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles en France. Après la marche historique du 23 novembre, qui a rassemblé 150 000 personnes en France, notamment au cri de « on veut un milliard, pas un million », les arbitrages du gouvernement à l’issue de Grenelle des violences conjugales, ont sérieusement déçu.

Manifestation Nous Toutes
Manifestation Nous Toutes du 23 novembre 2019

L’enveloppe de 361,5 millions d’euros n’est qu’une simple reconduction de la somme déjà allouée l’an dernier, dénonce Sophie Binet, dirigeante confédérale de la CGT. Quant aux mesures annoncées, c’est pour beaucoup du recyclage.

Ainsi de la formation des enseignants à l’égalité hommes-femmes. Un dispositif qui existe déjà au moins depuis 2013 et a été limité lors de la remise en cause de « l’ABCD » de l’égalité.

1 000 nouvelles places d’hébergement seront également créés, le secret médical sera levé pour les médecins en cas d’urgence et les auteurs de violences seront équipés de 1 000 bracelets anti-rapprochement. Ils devraient également être pris en charge dans deux centres d’hébergement – par département – dédiés à leur suivi, qui ne seront pas cependant opérationnels avant la fin du quinquennat.

Une grille d’évaluation des risques sera également disponible dans les commissariats et 80 postes supplémentaires de travailleurs sociaux (271 actuellement) devraient être créés d’ici 2021 pour intervenir dans les commissariats…

Des mesures sans chiffrage précis et sans moyens humains supplémentaires pour former les professionnels, accueillir et accompagner les victimes.

Comment dès lors prévenir la récidive, se demande notre organisation ?

Surtout, rien n’est proposé pour assurer l’indépendance économique et le travail des femmes, afin de leur permettre d’échapper au phénomène d’emprise.

Une aberration pour la CGT, qui appelle depuis longtemps à la formation des policiers, gendarmes et magistrats (80 % des plaintes transmises au parquet sont classées sans suite) et à l’obtention de mesures concrètes au travail pour protéger les femmes.

À l’image de ces accords déjà signés par la CGT sur les lieux de travail pour protéger les victimes : 

  • à la CNAF, une procédure-type et des autorisations d’absences rémunérées ont été mises en place ;
  • à la Poste, les victimes ont droit à une mobilité géographique et fonctionnelle ;
  • chez Orange Monde, elles bénéficient d’horaires spéciaux, de relogement et d’une aide économique d'urgence.

Autant de modèles à dupliquer dans toutes les entreprises demande la CGT.

La CGT appelle à continuer la mobilisation le 5 décembre notamment pour défendre l’égalité salariale et professionnelle, indispensable pour garantir l’indépendance économique des femmes, dont 40 % touchent des pensions nette de moins de 900 euros. Une situation qui ne fera que s’aggraver avec le projet de réforme du gouvernement.

A voir aussi

Actualité

Outils CGT contre la répression syndicale

La CGT met à disposition des guides militant·e·s – tome 1 « Militant·e face à la police », tome 2 « Militant·e face à la justice » -

Actualité

Carte des mobilisations en France

Des manifestations partout dans le pays… tous les lieux et horaires visibles en un clic !

Actualité

Stop aux violences faites aux femmes

Le 23 novembre, la CGT appelle à marcher aux côtés de Noustoutes, contre les violences sexistes et sexuelles. 

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.