Deuxième Heure d’information syndicale : 2 mars 2021

Imagette
Publié le 22 fév 2021
Temps de lecture : 3 min.
« Indispensables mais invisibilisées et sous payées, le 8 mars des premières de corvées »

Le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Le 8 mars, ce n’est pas la journée de LA femme, ce n’est pas la Saint Valentin ou la fête des mères, le jour où nous faire des cadeaux ou, exceptionnellement, faire la vaisselle à notre place, le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le moment de se mobiliser pour gagner enfin l’égalité. 

Et c’est indispensable parce que l’égalité on en est très loin, notamment au travail : les femmes gagnent, en moyenne, toujours 25 % de salaire en moins.

Chaque jour, c’est comme si nous arrêtions d’être payées à 15 hnbsp;40.

Toujours un salaire d’un quart en moins pour les femmes

Parce que nous travaillons plus souvent à temps partiel, dans des professions dévalorisées, parce que nous ne franchissons pas les « plafonds de verre », que nous sommes souvent scotchées à un « plancher collant » et que des « parois de verre » nous cantonnent dans peu de professions, nous gagnons toujours un quart en moins. Nous sommes pourtant concentrées dans les métiers qui ont été qualifiés d’essentiels.

Lorsqu’en mars, il y a un an, nous applaudissions à nos fenêtres les salarié·e·s en première ligne, il s’agissait, très majoritairement, de femmes : les infirmières, aides-soignantes, aides à domiciles, caissières, agentes d’entretien, assistantes maternelles ou ouvrières dans l’agroalimentaire par exemple.

Premières de corvée dont le travail est indispensable et pourtant invisibilisées, dévalorisées et sous payées !

Ces inégalités salariales font système : gagner moins, travailler à temps partiel, occuper des emplois dévalorisés… renforce la dépendance des femmes vis-à-vis d’un éventuel conjoint et inversement, parce que les charges domestiques et familiales ne sont pas partagées, les entreprises nous attribuent moins de promotions et nous enferment dans des voies de garage.

Heure d'information syndicale

Essentielles, davantage qualifiées mais sous payées

Nous sommes aussi, ouvrières, employées ou cadres, toutes confrontées au sexisme et aux violences dans notre travail : des propos dévalorisants ou même des violences sexuelles qui ont pour conséquence de remettre en cause notre professionnalisme, de nous assigner à une position d’infériorité, à des tâches subalternes.

Se battre pour l’égalité salariale et professionnelle, la fin des contrats précaires et la dévalorisation des emplois féminisés, revendiquer un vrai partage des tâches et des temps domestiques et familiaux, c’est aussi agir pour une société plus juste et non-violente.

Mais les choses bougent. Partout dans le monde, les femmes se mobilisent. Et de plus en plus d’hommes refusent d’être enfermés dans des rôles stéréotypés et aspirent à sortir des rapports de domination.

Le féminisme, ce n’est pas la guerre des sexes, ce n’est pas l’inversion des rapports de domination. Nous voulons «nbsp;justenbsp;» une société égalitaire.

Le 8nbsp;mars, syndicats et associations féministes appellent à une grève féministe pour exiger l’égalité, au travail comme dans la vie. Le 8nbsp;mars, femmes comme hommes, faisons grève, manifestons et débrayons à 15nbsp;hnbsp;40 ou deux heures avant la fin de la journée pour dénoncer les inégalités salarialesnbsp;!

Tout au long de cette seconde heure d’information syndicale, des femmes témoigneront de leurs conditions de travail, de leurs faibles rémunérations et de leurs luttes ; elles expliqueront pourquoi elles seront en grève le 8nbsp;mars.

Un homme sage-femme parlera de la dévalorisation de cette profession et expliquera pourquoi lui aussi se mobilisera le 8nbsp;mars ! Nous aurons également la chance d’accueillir Annanbsp;Gabriel, syndicaliste suisse, qui nous parlera des fortes mobilisations féministes dans son pays.

A voir aussi

Actualité

Investir dans le secteur des soins et du lien, revaloriser les métiers à prédominance féminine

La journée confédérale annuelle du collectif Femmes mixité est consacrée au lancement de la campagne confédérale « Investir dans le secteur des soins et du lien, revaloriser les métiers à…

Actualité

La CGT, une organisation féministe

Depuis des années, la CGT œuvre pour l'égalité hommes-femmes, aussi bien au sein même de l'organisation, qu'à l'extérieur. Depuis 1999, la parité a été instaurée à la direction confédérale et si le…

Communiqués de presse

Index égalité professionnelle, stop à l’hypocrisie !

Lundi 1er mars, toutes les entreprises devront avoir publié leur index égalité professionnelle. Rappelons que l’objectif initial de cet outil était de faire émerger les écarts de salaire entre femmes…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.