Télétravail obligatoire : des sanctions inapplicables ! 

Imagette
Publié le 10 jan 2022
Temps de lecture : 2 min.
Préconisé pour limiter la propagation du virus du Covid, le gouvernement a décidé de rendre le télétravail obligatoire, pour les postes qui y sont éligibles, durant les trois premières semaines de janvier.

D’après le ministère du Travail, « une grande majorité d’entreprises jouent le jeu ». Toutefois, dans le cas contraire, le gouvernement a décidé de sanctionner davantage les employeurs récalcitrants. L’amende administrative pourrait donc s’élever jusqu’à 1 000 € par salarié concerné dans la limite de 50 000 €.

Qu’en est-il réellement ?

La volonté affichée de verbaliser les entreprises qui n’appliquent pas cette obligation est un signe encourageant.

Nous pourrions imaginer que de tels dispositifs puissent être étendus à l’ensemble du Code du travail. Cependant, sa concrétisation se heurte à une réalité bien têtue.

D’abord, le dispositif prévu par la loi rend illusoires toute sanction. Le processus d’application n’est pas très simple (contrôle, conciliations, recours possibles, etc.). Dans le meilleur des cas, il faudra trois ou quatre mois avant qu’une entreprise se voit contrainte, si elle l’est, de régler une amende.

Ensuite, cette annonce fait fi du manque de moyens dont dispose l’Inspection du travail.

La ministre du Travail a beau communiquer sur une « montée en puissance des contrôles »… Elle annonce vouloir passer « de 1 000 contrôles par mois actuellement à 5 000 ». Une mission qui « avec un agent de contrôle pour 10 000 salariés, n’était déjà pas tenable avant l’arrivée du Covid » réagit le syndicat CGT de l’Inspection du travail.

En effet, comme dans l’ensemble des services publics, l’épidémie de Covid a mis en lumière les conséquences des politiques d’austérité auxquelles ils ont été soumis. Les agents de l’Inspection du travail n’ont déjà pas suffisamment de moyens pour faire respecter le Code du travail.

Une chose est certaine : si jusqu’à maintenant les revendications des personnels avaient du mal à se faire entendre, cette situation les rend incontournables et offre de nouveaux arguments pour obtenir le déblocage de moyens.

A voir aussi

Actualité

CAC40 : des résultats financés par les aides publiques

La nouvelle est tombée le 31 décembre. L’indice boursier parisien a enregistré en 2021, une hausse de 29% sur l’année. Du jamais vu depuis plus de vingt ans. Si toutes les places boursières mondiales…

Actualité

Lancement de l'enquête sur les métiers du lien et du soin

Dans le cadre de sa campagne « Investir dans le secteur du soin et du lien aux autres et revaloriser les métiers féminisés », la CGT lance une vaste consultation auprès de 14 professions du secteur…

Actualité

Les immigrés occupent des métiers à fortes contraintes

Les immigrés exercent plus souvent que les autres des métiers exposés à des conditions de travail contraignantes et en tension. Une étude publiée par la Dares analyse leur place dans le marché du…

Nos repères CGT

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.