Inspecteurs du travail au bord de la crise de nerfs

Imagette
Publié le 5 mai 2021
Temps de lecture : 2 min.
Des effectifs et des moyens toujours en baisse épuisent les inspecteurs du travail et ne leur permettent pas de mener à bien leur mission.

Les agents de contrôle étaient 1 908 en 2020 contre 2 249 en 2010, soit une baisse de 341 agents

Aujourd'hui, 16 % des sections sont vacantes et un usager sur six a difficilement accès au service public de l'inspection du travail. Alors que le service rendu se dégrade, la charge de travail augmente pour les agents de contrôle.

« On crée des zones de non-droit social où les entreprises ne sont pas contrôlées, on est obligés de se concentrer sur les urgences les plus urgentes » déplore Julien Boeldieu, secrétaire général de la CGT TEFP (travail, emploi et formation professionnelle).

Par ailleurs, les emplois et missions de certains services sont passés sous la direction du ministère de l'Intérieur, ce qui entraîne le transfert de plus de 500 emplois. À ce titre, le ministère du Travail voit chuter le nombre d'emplois qui lui reviennent et se considère aujourd'hui en sureffectif !

Cela signifie que les postes vacants et les départs en retraite ne seront pas remplacés

Localement, passer sous la tutelle du ministère de l'Intérieur et donc sous celle du préfet ne va pas sans heurts. En effet, certains préfets voient d'un très mauvais œil l'indépendance de l'inspection du travail et se verraient bien indiquer aux contrôleurs quelles entreprises contrôler ou pas.

S'il avait un temps été envisagé que les contrôleurs du travail participent aux actions coordonnées des CLIR (cellules de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire), le ministère a fini par écouter les syndicats et refuser que les contrôleurs soient associés à des opérations sans lien avec leur mission d'« application des dispositions légales relatives aux conditions de travail et à la protection des travailleurs dans l’exercice de leur profession » (article 3 de la Convention sur l’inspection du travail de 1947).

La CGT TEFP demande l'arrêt des suppressions de postes, le rattrapage immédiat des suppressions de postes dues aux restructurations successives et un plan de recrutement massif pour renforcer tous les services.

A voir aussi

Actualité

Enquête sur le télétravail de l'Ugict : un encadrement nécessaire

L'Ugict CGT (Union des ingénieurs cadres et techniciens CGT) a mené une vaste enquête auprès des salariés, qui se disent massivement favorables au télétravail. Pour être effectué dans des conditions…

Actualité

La formation professionnelle accompagne l'emploi mais ne le crée pas

Pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place des dispositifs fondés sur le principe de « former pour ne pas licencier », en faisant…

Actualité

Télétravail : les négociations au point mort

Les négociations entre les organisations syndicales et patronales ont commencé le 3 novembre. Le patronat ne veut ni d'un accord national interprofessionnel (ANI) prescriptif et normatif, ni revenir…

Nos repères CGT

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.