Un projet alternatif pour l'industrie automobile française

Imagette
Publié le 27 mai 2021
Temps de lecture : 2 min.
Dans le cadre de la bataille "développer l'industrie pour relever l'économie", les syndicats CGT de la filière automobile défendent un projet industriel pour répondre aux enjeux sociaux, sociaux et environnementaux.

La production de voitures sur le sol français ne cesse de reculer. Malgré les aides successives accordées au secteur automobile par les pouvoirs publics, les plans de licenciements et les délocalisations se multiplient.

Les 8 milliards d'euros du dernier plan de soutien au secteur automobile sont majoritairement allés aux grandes entreprises.

Aucune contrepartie ne leur est demandée en échange. L'état des lieux est pourtant sombre. Renault, Peugeot, Citroën ont choisi d'implanter des usines dans des pays où la main d'oeuvre coûte moins cher et où les contraintes écologiques sont moindres.

Depuis 2008, l'industrie automobile a vu disparaître près de 52 000 emplois.

Aujourd'hui, les fonderies françaises sont dans la tourmente car les donneurs d'ordres baissent leur volume de commandes. En cause ? La stratégie exclusivement financière des plus grandes entreprises du secteur. Renault, PSA et les principaux fournisseurs ne veulent continuer à produire en France que des véhicules à forte valeur ajoutée, comme les SUV. Pourtant ces véhicules ne sont pas à la portée de toutes les bourses et les volumes de ventes sont insuffisants.

A l'inverse, la CGT défend un projet qui serait bénéfique pour l'emploi et pour l'environnement.

« Il faut produire des voitures en fonction des besoins de la population, au plus près du lieu où elles seront vendues », résume Denis Breant, membre du Bureau Fédéral de la fédération de la métallurgie, responsable de l’activité automobile.

Dacia, Clio, 208... Aucune des trois voitures les plus vendues en France ne sont produites sur le territoire.

Dans cette logique, la future voiture électrique à bas coût de Renault va être produite en Chine pour être ensuite vendue sur le territoire français. Il serait pourtant tout à fait possible (et plus écologique!) de produire en France un petit véhicule électrique abordable pour les trajets quotidiens.

La France possède aujourd'hui l'un des parcs automobiles les plus vieillissants d'Europe.

Les véhicules de plus de 8 ans sont très polluants. Un meilleur pouvoir d'achat permettrait aux utilisateurs de changer de voiture et serait bénéfique pour l'environnement.

Les syndicats CGT de l'automobile se battent contre la restructuration de la filière et ses conséquences et sont élaborent des propositions pour dessiner un autre avenir du secteur automobile en France.

C'est dans ce cadre que le syndicat CGT de GM&S a travaillé une proposition de loi sur la responsabilité des donneurs d'ordres dans la filière. De même, les syndicats CGT Renault ont élaboré un contre projet industriel à celui de la direction, plus écologique et socialement responsable.

 

 

A voir aussi

Actualité

La centrale de Cordemais ne fermera pas !

Alors que la problématique de l’énergie tient une place importante (centrales nucléaires à l’arrêt pour défaut de maintenance, diminution voire arrêt des importations de gaz russe, vague de chaleur…

Actualité

Scandale du chlordécone : la prescription ne doit pas plus protéger les pollueurs !

Après l’annonce de l’arrêt des investigations dans le scandale du chlordécone, ce puissant pesticide employé aux Antilles de 1972 jusqu’aux années 90 et qui continue de contaminer plus de 90% de la…

Actualité

Pénuries, scandales alimentaires et hausse des prix : les ménages à petits revenus en première ligne

Alors que les scandales alimentaires s’accumulent (les œufs Kinder, les pizzas Buitoni, les fromages au lait cru de Lactalis), pouvant aller jusqu’à causer la mort d’enfants et d’adultes, l…

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.