Airbus: les salariés veulent rester aux 30h

Imagette
Publié le 7 juil 2021
Temps de lecture : 2 min.
Avec la pandémie, la direction d’Airbus a diminué le temps de travail des salariés de la production sur le site de Nantes. Après 6 mois d’expérimentation, chacun a pu mesurer les effets bénéfiques pour sa vie personnelle, mais aussi pour l’entreprise. Aujourd’hui, les salariés s’opposent à un retour en arrière.

En octobre 2020, lors de la seconde vague de l’épidémie de Covid, la direction d’Airbus Nantes réduisait le temps de travail quotidien des équipes de production de 8h à 6H.

Cette baisse du temps de travail liée aux mesures sanitaires et à la baisse d’activité était rémunérée à 92% avec une prise en charge financière de l’Etat via le dispositif d’activité partielle longue durée. Le syndicat CGT a réalisé une enquête sur cette nouvelle organisation.

Les salariés apprécient les nouveaux rythmes de travail et constatent qu’elle génère moins de stress.

Les troubles musculo-squelettiques et les risques psychosociaux ont diminué et en parallèle, la qualité du travail s’est amélioré. Le syndicat CGT a profité de cette expérience pour porter la revendication de la baisse du temps de travail pour l’ensemble des salariés de l’entreprise.

Ce n’est pas la première fois que le syndicat met sur la table cette revendication, mais après avoir testé depuis plusieurs mois, ce nouveau rythme, la proposition CGT trouve aujourd’hui un écho favorable.

Convaincus des bienfaits pour leur vie personnelle, la question du “comment” reste toutefois en suspens.

Mais pas besoin d’aller chercher bien loin les arguments pour convaincre. En effet, lors d’une consultation du syndicat CGT, 80% des salariés interrogés pensent que la réduction du temps de travail est possible avec maintien de salaire à Airbus.

Pour autant, la partie n’est pas gagnée, l’entreprise a décidé d’imposer la reprise progressive à 35h après les congés d’été. Sans attendre, la direction intensifie déjà les cadences et teste de nouvelles organisations. Mais ce passage en force ne passe pas.

Plus de 80% des salariés ne se sentent pas prêts à repasser à la journée de 8h d’après une enquête de la CGT.

Cette décision concomitante avec l’annonce des bons résultats au premier trimestre, créée d’autant plus de tension que les salariés commencent à mesurer les effets des accords signés depuis un an.

Aussi, le syndicat CGT du site Airbus Nantes compte bien mettre à profit les deux mois d’été pour poursuivre les échanges avec les salariés pour gagner la réduction du temps de travail chez Airbus.

A voir aussi

Actualité

Mercredi 12 janvier : Les SAM marchent sur Paris !

Les salariés de l’entreprise de la SAM à Viviez, dans l’Aveyron, occupent l’usine depuis l’annonce de sa liquidation par le tribunal de commerce. Ils n’entendent pas en rester là…

Actualité

En Aveyron, Renault lâche son sous-traitant, la SAM

Suite au refus de Renault de soutenir la reprise de la fonderie aveyronnaise, la SAM est déclarée en cessation d'activité.

Actualité

Relocaliser pour lutter contre les pénuries

Des pénuries affectent tous les marchés, notamment celui des composants. S'appuyer sur les savoirs des différents maillons de la filière française permettrait de viser une certaine indépendance.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose une organisation du temps de travail permettant à chaque salarié de concilier vie privée et vie professionnelle.