Les fonderies du Poitou menacées de fermeture

Imagette
Publié le 13 jan 2021
Temps de lecture : 3 min.
Suite au désengagement de Renault, la Fonderie du Poitou Fonte (Vienne) cessera définitivement son activité en juin 2021, quarante ans après sa création. 292 emplois seront supprimés. En difficulté pour fournir les volumes commandés par Renault, la fonderie d’alu est aussi menacée. Les négociations du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) ont débuté mercredi 6 janvier.

Les fonderies du Poitou, Vienne, sont constituées de deux fonderies, une spécialisée dans la production de fonte, et l’autre dans la production d’aluminium. Rachetées plusieurs fois, Alvance Aluminium Poitou appartient au groupe Liberty, qui a décidé l’arrêt définitif de la production de carters en fonte en juin prochain, suite au désengagement automobile Renault, principal client de l’usine.

Cela conduira à la fermeture du site et la destruction de 292 emplois

Les négociations du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) ont débuté mercredi 6 janvier. « Il y a eu une première journée de négociation, concernant les congés de reclassement. On est dans l’attente d’un investissement de l’actionnaire et d’une décision de Renault. Qu’est ce que Renault va faire si on n’arrive pas à fournir les pièces ? Quel va être l’engagement du constructeur par rapport aux fonderies alu ? Si Renault se désengage, la fonderie fermerait », précise Jean-Philippe Juin, délégué CGT à la fonderie alu.

Renault s’est engagé sur une commande, mais la fonderie Alu est en difficulté pour fournir les volumes commandés, conséquences l’absence d’investissement de l’actionnaire dans l’outil de production.

La direction est ainsi incapable de débloquer les investissements nécessaires pour le développement de la culasse HR10 qui représentera plus de 50 % de la production à partir de 2021. « Renault nous dit : si vous n’êtes pas capables de fournir ces volumes, on fera comme à la fonte, on va se désengager. »

Au total, 572 emplois sont menacés, sans compter les emplois indirects des sous-traitants.

Présenté comme un poids lourd industriel avec des moyens considérables, le groupe Liberty est en réalité une « coquille vide ». L’actionnaire se contente de « chasser les primes » que l’État met en place pour aider les entreprises en difficulté.

Dernièrement, avec l’appui et l’aval de l’État français, l’actionnaire a acquis Ascoval et FRI, deux fleurons de l’aciérie française qui fournissent l’acier pour la fabrication des rails pour la SNCF.

Pourtant depuis deux ans, la CGT n’a eu de cesse d’alerter les pouvoirs publics sur le manque de capacité de ce groupe à soutenir les fonderies. Tous les sites repris par le groupe britannique sont en difficulté.

Depuis le rachat de la Fonderie du Poitou Fonte en mai 2019 par le groupe Liberty, la production était erratique. L’usine ne tournait jamais à 100 % et occasionnait régulièrement des périodes de chômage partiel pour les salariés.

En deux ans, aucune promesse d’investissement n’a été tenue par l’actionnaire.

la Fédération CGT de la métallurgie, l’union départementale CGT de la Vienne ainsi que le syndicat CGT de l’entreprise organisent une journée de mobilisation avec un rassemblement devant les Fonderies du Poitou le 21 janvier à 12 h 30.

A voir aussi

Actualité

Raison d'aller manifester le 5 octobre : développer l'industrie

Des décennies de délocalisations ont mis à mal les implantations industrielles sur le sol français. La réindustrialisation doit s'appuyer sur les connaissances des salariés.

Actualité

Victoire contre les dérives du travail détachés

Belle victoire pour les travailleurs détachés du chantier de Plaisance. Sans nouvelles de leur employeur, en faillite. les travailleurs détachés espagnols du chantier de Centrale photovoltaique en…

Actualité

L'entreprise ACPP redémarre grâce à la mobilisation

Le 25 mai, le tribunal de commerce de Rouen a décidé de la reprise de l'entreprise ACPP, après une mobilisation des salariés soutenus par l'UD CGT de la Manche.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.