En Aveyron, Renault lâche son sous-traitant, la SAM

Imagette
Publié le 3 déc 2021
Temps de lecture : 2 min.
Suite au refus de Renault de soutenir la reprise de la fonderie aveyronnaise, la SAM est déclarée en cessation d'activité.

Sur les grilles de l'usine, les salariés ont affiché leurs portraits, accompagnés d'une pancarte : « Super, le cadeau de Noël ».

En ce 1er décembre, 8000 personnes sont rassemblées malgré la pluie diluvienne contre la fermeture de la SAM (Société Aveyronnaise de Métallurgie), une usine qui fabrique des pièces en aluminium pour automobiles.

Rassemblement devant la SAM
8000 personnes sont rassemblées contre la fermeture de la SAM

Quelques jours plus tôt la fonderie a été déclarée en cessation d'activité par le tribunal de commerce de Toulouse.

La raison ? Renault, qui représente 95 % du chiffre d'affaires de la SAM, a refusé de soutenir le projet de reprise en s'engageant sur un volume de commandes.

Les Aveyronnais sont venus en nombre soutenir les salariés mobilisés depuis plus de 300 jours. Des délégations de toute l'Occitanie, du Cantal, de l'Allier, des salariés en lutte de GM et S et de la centrale de Gardanne ont également fait le déplacement.

En guise d'avertissement à Renault, un moule qui ne servait plus est découpé en deux. Ce type de matériel appartient au client, c'est donc un signal fort.

Philippe Martinez, présent lors de la manifestation, rappelle : « c'est une délocalisation ici, pas la fermeture d'une activité en déclin ».

50 % des pièces fabriquées par la SAM sont destinées aux moteurs hybrides ou électriques, en plein essor.

Les pièces seront donc toujours fabriquées par des usines... dans d'autres pays. « La meilleure façon de relocaliser, c'est d'empêcher ce qui est déjà dans notre pays de partir à l'étranger. » commente David Gistau, membre du bureau confédéral de la CGT.

Les salariés attendent la décision de la procureure de la République : ils ont demandé qu'elle fasse appel de la décision de liquidation judiciaire.

Pour la CGT, il est urgent de stopper l’hémorragie des emplois et de planifier la réindustrialisation du pays en reconstruisant des filières stratégiques en France et en Europe.

Le progrès social et l’intérêt général doivent guider l'Etat dans la planification d'un développement industriel qui vise à satisfaire les besoins de la population.
 

A voir aussi

Actualité

Luxfer : une renaissance industrielle

Après 1138 jours de lutte, le projet de reprise d’activité du dernier producteur de bouteilles de gaz à haute pression en aluminium en Europe porté par les salariés et leur syndicat CGT, a enfin été…

Actualité

Mercredi 12 janvier : Les SAM marchent sur Paris !

Les salariés de l’entreprise de la SAM à Viviez, dans l’Aveyron, occupent l’usine depuis l’annonce de sa liquidation par le tribunal de commerce. Ils n’entendent pas en rester là…

Actualité

Raison d'aller manifester le 5 octobre : développer l'industrie

Des décennies de délocalisations ont mis à mal les implantations industrielles sur le sol français. La réindustrialisation doit s'appuyer sur les connaissances des salariés.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.