L’Etat doit prendre ses responsabilités en mettant General Electric face à ses obligations

Imagette
Publié le 27 juin. 2019
Temps de lecture : 1 min.
Le 22 Juin dernier, 8000 manifestants étaient dans les rues de Belfort, avec les salariés de GEEPF (General Electric products France) pour crier « non aux restructurations et aux licenciements ! »

Cette journée de très forte mobilisation démontre qu’au-delà du site de Belfort, il est question de toute la filière énergétique en France. Au travers des discussions, un point fondamental est ressorti de la rencontre entre les parlementaires et les organisations syndicales de GEEPF : l’Etat doit prendre ses responsabilités en mettant General Electric (GE) face à ses obligations.

Forte de cette mobilisation, la CGT, à travers ses élus portera devant la direction, l’arrêt de ce plan que GE n’arrive pas à justifier.

Avec les salariés, la CGT réclame, auprès du gouvernement et des pouvoirs publics, un moratoire permettant de stopper le processus et d’engager un débat national sur le devenir de la filière industrie-énergie.

D’ailleurs, ces enjeux s’inscrivent aussi au niveau européen. A ce titre, la CGT propose une table ronde, entre le gouvernement, la direction de GE et les organisations syndicales.

A voir aussi

Actualité

En Aveyron, Renault lâche son sous-traitant, la SAM

Suite au refus de Renault de soutenir la reprise de la fonderie aveyronnaise, la SAM est déclarée en cessation d'activité.

Actualité

Relocaliser pour lutter contre les pénuries

Des pénuries affectent tous les marchés, notamment celui des composants. S'appuyer sur les savoirs des différents maillons de la filière française permettrait de viser une certaine indépendance.

Actualité

Raison d'aller manifester le 5 octobre : développer l'industrie

Des décennies de délocalisations ont mis à mal les implantations industrielles sur le sol français. La réindustrialisation doit s'appuyer sur les connaissances des salariés.

Nos repères CGT

La CGT propose un effort considérable pour la recherche, pour contribuer au progrès des connaissances, répondre aux besoins de la société en expertise et contrôle, créer les conditions d’un renouveau du développement industriel.

La CGT propose un SMIC à 2 000 euros brut pour la durée légale du travail en vigueur.