actualité
actualité

Joseph Philippe : hommage à un homme de convictions

Publié le 11 fév 2019
Temps de lecture : 2 min.
Joseph Philippe, militant PCF et CGT, assassiné par la milice et la Gestapo le 26 juin 1944, vient d’être décoré de la médaille de la Résistance à titre posthume, lors d’une cérémonie officielle samedi 9 février 2019, à l’Hôtel des Invalides.

Joseph, Auguste, Marie Philippe (pseudonyme Jacques Prunet), est né le 28 octobre 1906 à Saint-Nicolas-Prés-Granville (Manche). Il fut fusillé pour fait de résistance le 26 juin 1944 à Le Plantis (Orne) au lieu-dit « La Brosse », par la milice et la Gestapo. Militant du PCF et de la CGT, il était résistant au sein du mouvement Vengeance.

Joseph Philippe
Source : Collection privée de Sébastien Corriere

 

Père d’une fille née en 1936, Joseph Philippe résidait au Mans (Sarthe). Il était ouvrier mécanicien (ajusteur de précision) et syndiqué à la CGT de 1936 à 1939 au sein des travailleurs de l’Etat. Dès sa démobilisation au mois d’octobre 1940, il fut interné pour raison politique. Réussissant à s’évader le 29 mars 1943, il rejoignit le maquis au sein du mouvement Vengeance. C’est à la suite de l’infiltration d’agents français de la Gestapo au sein du mouvement que Joseph fut arrêté, le 26 juin 1944, par la milice et la Gestapo à la ferme du lieu-dit « La Brosse » où il était caché. Après de multiples sévices visant à savoir où se trouvait le chef du groupe « Vengeance Courtomer » et n’ayant vraisemblablement pas parlé d’après les témoins, Joseph Philippe fut exécuté contre un mur de la ferme.

Grace à la détermination de son petit neveu, la République a attribué à Joseph Philippe la reconnaissance et les récompenses que la France lui devait. Samedi 9 février 2019, au sein de l’Ordre de la Libération, à l’Hôtel National des Invalides, à Paris, lors d’une cérémonie officielle, la très prestigieuse médaille de la Résistance lui a été attribuée à titre posthume. Cette médaille, qui n’est plus remise depuis 1947, a également été attribuée à deux autres familles, et peut encore être décernée aux résistants morts pour acte de résistance, après examen d’un solide dossier.

Outre la mention « Mort pour la France », ainsi que le titre d’Interné Résistant, Joseph Philippe avait obtenu l’homologation au titre de la Résistance Intérieur Française (RIF), la carte de Combattant Volontaire de la Résistance (CVR). Aujourd’hui, la Médaille de la Résistance salut le courage et l'engagement d'un homme de convictions.

A travers cet article, la CGT tenait à lui rendre hommage.

A voir aussi

Actualité

Fabien Jobard : « Le flash-ball est contestable en matière de maintien de l’ordre »

Dans un entretien à la NVO, le sociologue Fabien Jobard observe le niveau de répression très élevé de la part des forces de l’ordre depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Une situation…

Actualité

Mardi 12 février, Acte II des journées rouges des intérimaires en colère

Alors que le grand débat national ne répond pas aux attentes des salariés de l’intérim et que leur pouvoir d’achat ne cesse de baisser, ces derniers ont décidé d’organiser « les journées rouges des…

Actualité

L’Europe que nous voulons

Déclaration commune des organisations syndicales allemandes et françaises

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.