actualité
actualité

La CGT demande la suspension immédiate des dividendes

Publié le 3 avr 2020
Temps de lecture : 2 min.
En pleine pandémie, le ministre de l’économie Bruno Le Maire a invité lundi 30 mars les entreprises qui recourent au chômage partiel à ne pas verser de dividendes à leurs actionnaires. Notre organisation demande la suspension immédiate du versement, par les entreprises, de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.

« J'invite toutes les entreprises qui ont accès aujourd'hui au chômage partiel, c'est-à-dire qui ont leurs salariés payés par l'État, à faire preuve de la plus grande modération en matière de versement de dividendes », a demandé Bruno Le Maire, lundi 30 mars.

Il n’est pas acceptable que l'État prenne en charge les salaires des entreprises qui versent des dividendes. Mais comment garantir que les entreprises respectent ce vœux pieux, alors que celui-ci n’a rien de coercitif ?

Dans les faits, les entreprises pourront bénéficier de certaines mesures d’urgence et, notamment, du dispositif renforcé de chômage partiel tout en continuant de verser des dividendes à leurs actionnaires.

 

Dividendes

 

Pour notre organisation, il n’est pas acceptable que l'État prenne en charge les salaires des entreprises et que celles-ci versent, quoi qu’il en coûte, des dividendes à leurs actionnaires !

« La réponse économique ne peut pas socialiser les pertes et privatiser les profits. Ce n'est pas une question de trésorerie, comme l’explique le gouvernement, c’est avant tout une question de justice, de décence, de solidarité nationale. »

« Pour les bas salaires ou les contrats précaires, perdre 16% de sa paie va poser de graves difficultés », expose notre organisation dans un communiqué, signé aussi par Solidaires, la FSU et les ONG Greenpeace, Oxfam, Les amis de la Terre et Éthique-sur-étiquettes.

 

Initiative unitaire

dividendes

 

Les signataires demandent la suspension immédiate du versement des dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG, a fortiori quand elles ont bénéficié d’aide publique, le temps que durera cette crise. Après les appels inédits de la Fédération bancaire européenne, de la Banque centrale européenne et de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, le vent est en train de tourner : la Norvège et la Suède ont ouvert la voie et l’ensemble des banques anglaises ont depuis annoncé suspendre leurs dividendes en 2020.

En France, plusieurs entreprises ont d’ores et déjà annoncé des gels et des reports - la Société générale et Natixis pour les banques, Safran, JCDecaux, Nexans, Airbus, Auchan - mais certaines passent outre les recommandations du gouvernement, comme Total qui s'apprêterait à verser 1,8 milliard d'euros de dividendes.

 

dividendes

 

A voir aussi

Actualité

Colonisation de la Palestine : recommandations à l’Etat français

En cohérence avec son vote de la résolution 2334 (2016) du Conseil de sécurité de l’Onu contre la colonisation, nous demandons instamment à l’Etat français de respecter ses engagements internationaux.

Actualité

Des projets de développement de la colonisation sous financements français

Le soutien des groupes financiers français à la colonisation se manifeste également sous la forme de prêts accordés à une entreprise afin de financer un projet particulier.

Actualité

Les banques françaises, actionnaires de banques israéliennes

De manière indirecte, en étant actionnaires de banques israéliennes qui participent d'une manière ou d'une autre à la colonisation des territoires palestiniens, les banques françaises sont complices.

Nos repères CGT

Ce pôle financier public reposerait sur la mise en réseau d’un ensemble d’institutions financières de statut public et semi-public exerçant des missions de service public et d’intérêt général.

Les politiques financières, budgétaires et monétaires doivent trouver un nouveau sens au service de l’intérêt général. Les banques et les institutions financières doivent retrouver le sens premier de leur activité : financer le développement.