Le 1er mai : tous ensemble pour bâtir l'avenir

Imagette
Publié le 30 avr 2019
Temps de lecture : 1 min.
Travailleurs, salariés, retraités et privés d’emploi, partout dans le monde en ce 1er mai, nous serons mobilisés pour faire entendre nos exigences pour vivre dignement dans la paix et en faveur du progrès social.

Les mobilisations populaires ces dernières semaines en Algérie, au Soudan ou ailleurs à travers le monde démontrent le rejet par les peuples des régimes totalitaires, despotiques et corrompus et exigent le respect des droits de l’Homme et la mise en place de véritables démocraties.

En France, cette année, plus que jamais, il y a urgence à nous mobiliser massivement pour porter haut et fort nos revendications.

Les urgences sont nombreuses : sociale, écologique, fiscale, démocratique et le quotidien des travailleurs qui ne cesse de se dégrader.

Le 1er mai 2019 sera placé sous le signe de la reconquête de nos acquis sociaux - déjà largement rognés et pourtant toujours dans le viseur du président de la République et du gouvernement - et de la conquête de nouveaux droits pour les travailleurs, car ce sont eux qui créent de la valeur.

Télécharger le tract et voir les rassemblements sur la carte interactive

A voir aussi

Actualité

Amazon : à entreprise planétaire, révolte planétaire

Aux États-Unis, la première section syndicale de l’empire du e-commerce sur le sol américain a failli voir le jour. L’entreprise essuie des grèves dans plusieurs pays.

Actualité

Pas de confinement pour les luttes

En ce début avril, la situation sanitaire et le reconfinement auquel le gouvernement nous contraint n’atteint pas la détermination des salariés à se faire entendre.

Actualité

La CGT appelle à un printemps des luttes

La commission exécutive confédérale du 23 mars a lancé un appel aux organisations CGT pour développer les formes de luttes.

Nos repères CGT

Le développement humain durable suppose de rompre avec les politiques économiques actuelles qui sont en échec, et d’aller vers un autre type de croissance fondée sur des modalités de production et une exploitation des richesses plus équitables, en anticipant les transitions nécessaires, de manière à ce qu’elles ne portent pas préjudice aux salariés et à leurs familles.

Il faut mettre en cohérence les besoins de déplacement des personnes, d’acheminement des marchandises, et l’organisation du système du transport. Celle-ci doit être compatible avec le développement humain durable. Cela implique une maîtrise publique comme outil de régulation et contrôle.