Le 22 juin sera un mardi électrique à Paris

Imagette
Publié le 18 juin 2021
Temps de lecture : 3 min.
Mardi 22 juin, les salariés de l’énergie marcheront sur la capitale pour défendre leur vision de l’intérêt commun et du service public de l’énergie. Ils seront mobilisés pour mettre en échec deux projets voulus par le pouvoir et portés par les directions qui se proposent purement et simplement le démantèlement d’EDF et Engie. Les usagers sont concernés.

Une année de crise sanitaire aura suffit pour faire prendre conscience au plus grand nombre de la place et du rôle que jouent les services publics dans notre pays. 

Même abîmés par des décennies d’austérité, de déréglementation et de privatisation, ils ont été essentiels pour amortir les conséquences de la crise sociale. Au-delà, ils apparaissent plus que jamais comme un levier indispensable de cohésion sociale, territoriale et de développement économique. 
Ne tirant aucune leçon de la situation, le pouvoir accélère son œuvre de destruction, pressé de gommer toute référence à ces biens communs qui échappent encore pour partie aux lois du marché.

EDF et Engie : désintégrer le cœur du service public 

Depuis plusieurs mois, les salariés des industries électriques et gazières (IEG) se mobilisent contre deux projets de restructuration d’EDF et d’Engie. L’objectif est de mettre un terme à l’histoire du service public de l’énergie en France. 

Ces projets mettraient en danger des dizaines de milliers d’emplois, menacés par l’externalisation de certaines activités et fragilisant les garanties collectives des salariés dans les IEG. Les usagers n’en sortiraient pas gagnants, au contraire. 

Pour EDF, le projet est de diviser le groupe en deux entités distingues : « EDF Bleu », qui regrouperait la production pilotable d’électricité (nucléaire, hydraulique...) et « EDF Vert », qui regrouperait Enedis, EDF renouvelables, la direction commerce d’EDF... Activités considérées comme les plus rémunératrices qui seraient privatisées à hauteur de 35 %(dans un premier temps). 

Même logique Chez Engie qui organise son démantèlement par sa vente à la découpe. Cette décision peut apparaître étonnante pour un groupe reconnu comme un acteur majeur de la transition énergétique et écologique de la France et en Europe.

Tous perdants... sauf les financiers

Aucune logique industrielle ne sous-tend donc ces mécanos purement financiers notamment parce qu’il rendrait impossible toute synergie entre ces deux entreprises. Le seul objectif clairement affiché étant d’extraire les parties les plus rentables des deux groupes pour les privatiser au bénéfice de quelques profiteurs qui engrangeaient des milliards d’euros sur le dos des usagers.

Les premières victimes de ce jeu de Monopoly, au-delà des salariés, seront les usagers. Ils verront le service se dégrader et les tarifs du gaz et de l’électricité augmenter de façons significatifs accélérant l’élévation régulière imposée depuis la déréglementation du secteur. 

Plus grave encore, le prix à payer pour chacun pourrait être très différent en fonction du lieu d’habitation mettant fin au principe de péréquation (tarif unique au niveau national) égratignant un peu plus la cohésion sociale et territoriale de la France. 

Mobilisation nationale

Après avoir initié des actions dans tout le pays, le mardi 22 juin, avec la CGT des mines et de l’énergie, les salariés de ces deux entreprises convergeront sur la capitale pour faire entendre leur opposition à ces deux projets et porter leurs propositions alternatives : Le Programme Progressiste de l’Énergie afin de répondre aux besoins des usagers, de la Nation et assurer une transition énergétique ambitieuse à la hauteur des enjeux posés par la crise climatique.
 

A voir aussi

Actualité

Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités

Le projet de réorganisation du groupe EDF, baptisé projet « Hercule », qui prévoyait de scinder EDF en deux entités distinctes, a évolué. Désormais, il s’agit de découper EDF en trois entités et d’en…

Actualité

Grèves contre le projet Hercule et la casse du service public de l’énergie

Les 26 novembre et 10 décembre, les travailleur.ses des industries électriques et gazières se sont fortement mobilisés contre le projet Hercule et la casse du service public. Le 10 décembre, on…

Actualité

General electric : maintenir la pression pendant les négociations

La lutte se poursuit à General electric alors que des négociations se sont ouvertes suite à la signature d’un accord par deux syndicats.

Nos repères CGT

Cette politique énergétique doit tenir compte de la préservation de l’environnement et des ressources planétaires. L’énergie est un produit de première nécessité, des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers, un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

Pour aller plus loin