Grèves contre le projet Hercule et la casse du service public de l’énergie

Imagette
Publié le 14 déc 2020
Temps de lecture : 2 min.
Les 26 novembre et 10 décembre, les travailleur.ses des industries électriques et gazières se sont fortement mobilisés contre le projet Hercule et la casse du service public. Le 10 décembre, on enregistrait 40% de grévistes.

Larges mobilisations contre le projet Hercule

Les travailleur.ses du secteur de l’énergie se sont largement mobilisées les 26 novembre et 10 décembre contre le projet de réorganisation du groupe, dit « Hercule », qui pourrait aboutir à le diviser en trois entités :

  • une entreprise publique (EDF bleu) pour les centrales nucléaires,
  • une autre (vert) cotée en Bourse pour la distribution d’électricité et les énergies renouvelables et une troisième (azur) en charge des barrages hydroélectriques dont les concessions seraient remises en concurrence selon la volonté de Bruxelles.

L'ouverture du capital d'EDF « Vert », qui concentre les activités les plus rentables, conduira à une privatisation des profits et à une nationalisation des pertes.

“Cette réforme ne sert à rien sinon à remplir les poches des financiers”, dénonce Thierry Raymond, délégué syndical central de la CGT EDF. “Isoler ainsi dans une filiale, le nucléaire deviendrait un mouroir. Les salariés ne pourraient pas être reclassés”, continue Thierry Raymond, délégué syndical central de la CGT EDF.

Les emplois du secteur sont fortement menacés

Avec la filialisation, les fermetures de site et l’ouverture du capital prévus par ce projet Hercule, les emplois du secteur sont fortement menacés.

Mi-novembre, les fédérations syndicales ont interpellé par écrit, députés et sénateurs afin de les alerter sur les risques que ce projet de désintégration d’EDF fait peser sur ses missions d’opérateur public, celles d’un service public permettant l’accès à l’électricité. 

L’électricité est un bien essentiel, qui devrait être vendu comme tel, c'est-à-dire avec un taux de TVA à 5,5%, ce qui permettrait de sortir les millions de personnes (6,8 millions en 2020 selon les chiffres de l’Observatoire national de la précarité énergétique) touchés par la précarité énergétique.

“Il faut remettre en place un système d’Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) et redonner la main aux travailleur.ses, aux citoyen.nes et aux élu.es”, expose Thierry Raymond.

La FNME CGT a développé un Programme Progressiste de l’Énergie afin de répondre aux besoins des usagers, de la Nation et assurer une transition énergétique ambitieuse à la hauteur des enjeux posés par la crise climatique.
 

A voir aussi

Actualité

Le 22 juin sera un mardi électrique à Paris

Mardi 22 juin, les salariés de l’énergie marcheront sur la capitale pour défendre leur vision de l’intérêt commun et du service public de l’énergie. Ils seront mobilisés pour mettre en échec deux…

Actualité

Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités

Le projet de réorganisation du groupe EDF, baptisé projet « Hercule », qui prévoyait de scinder EDF en deux entités distinctes, a évolué. Désormais, il s’agit de découper EDF en trois entités et d’en…

Actualité

General electric : maintenir la pression pendant les négociations

La lutte se poursuit à General electric alors que des négociations se sont ouvertes suite à la signature d’un accord par deux syndicats.

Nos repères CGT

Cette politique énergétique doit tenir compte de la préservation de l’environnement et des ressources planétaires. L’énergie est un produit de première nécessité, des tarifs doivent être adaptés aux moyens des usagers, un accès minimum doit être garanti et financé par la solidarité.

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

Pour aller plus loin