8 MARS 2024 : Une grève féministe pour l'égalité

Temps de lecture : 5 min.
Publié le 8 Mar. 2024
Le 8 mars marque la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, une journée de grève féministe de toutes et tous pour revendiquer et gagner l’égalité réelle au travail et dans la vie. Retrouvez ici une sélection des initiatives de la journée ⤵️.
Imagette
©CGT_COM

Un appel à la grève unitaire

Pour la première fois, cinq grandes organisations syndicales, dont la CFDT et la CGT, ont appelé à la grève et à la mobilisation le 8 mars 2024 pour la journée internationale des droits des femmes, élargissant ainsi la participation traditionnelle. (Lire l'appel intersyndical du 13 février)

Une #GrèveFéministe ancrée dans les entreprises

✊ Dès le matin, la CGT a organisé des initiatives sur tout le territoire pour aller à la rencontre des salarié·es comme dans la zone commerciale de Roussillon (38) ou à Guéret (23) devant l’entreprise Rioland qui fabrique de la maroquinerie de luxe. 

A Montauban (82) les salariées des crèches BIBIE'S sont grève : Elles revendiquent des hausses de salaires, l’amélioration des conditions de travail, l’augmentation des effectifs qualifiés et l’adhésion à la Convention Collective.

Chez Seb à Pont Evêque (38), le syndicat CGT appelait à 2h minimum de grève ⤵️. De même, la CGT Radio France a déposé un préavis de grève ( publié sur X ). Le syndicat exige, entre autre, plus de transparence sur les rattrapages de salaires en cours et le prolongement de l'enveloppe salariale dédiée pour l'année prochaine.

✊ À Bezons (95), les salariées de l'EHPAD, en grève depuis le 4 mars, organisaient un nouveau rassemblement pour exiger un meilleur salaire et une amélioration des conditions de travail.

Grève féministe 8 mars


✊ À Paris, la fédération CGT commerce appelait à un rassemblement devant Leroy Merlin Rosa Parks dans le XIXe arrondissement, pour dénoncer la politique salariale de l’enseigne après la mise à pied d’une salariée agressée par un client et la disparition de 180 postes de comptables - majoritairement des femmes - suite à la digitalisation de leur métier.

En direct de BFMTV devant le site de l'enseigne de bricolage, Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT, a demandé au gouvernement et au patronat de mettre "enfin un terme aux inégalités en matière de salaires".

 

✊ A Perpignan (66), la CGT appelait à un rassemblement à 11h devant la DSDEN ( direction des services départementaux de l'Education Nationale) . Les militant·es ont partagé des affiches contre les stéréotypes et pour l’égalité dans les entreprises, la formation initiale et professionnelle. 

Les salariées du nettoyage se sont rassemblées à partir de 11h devant l'Assemblée Nationale, à l'appel de la CGT, pour exiger le respect des engagements pour la revalorisation de leur métier, l'amélioration de leurs conditions de travail et des hausses de salaires.

✊ A Paris, à midi, la CGT de la BNF ( Bibliothèque Nationale de France) appelait à un rassemblement sur le parvis du site en présence de Denis Gravouil, secrétaire confédéral pour se rendre, ensuite, collectivement à la manifestation parisienne.

 

 

A midi, dans plusieurs villes, la CGT seule ou avec d’autres organisations syndicales et féministes ont organisé des initiatives pour sensibiliser sur la persistance des inégalités :  avec des Villages pour les droits des femmes à Niort (79) ou à Angers et Seigne (49), des porteur·ses de paroles à Poitiers (86) ou Clisson (44) , un pique-nique revendicatif à Lyon avant le départ de la Manif, la projection de films ( Orly -91) ou des expositions dans plusieurs entreprises ( Thalès ) , ....

Plusieurs manifestations étaient également organisées entre 12h et 14h comme à Nice, Aurillac, Draguignan, Caen, Tours, Perpignan, Chartres, Nantes ou encore Saint Etienne dans la Loire.

 

 

A Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Strasbourg, … les cortèges sont partis à 14 heures.

A Evreux, dans l'Eure, avant le départ de la manifestation, des salariées ont témoigné. A Grenoble (38) , les salariées d'Elior, en grève contre leur mutation forcée, ont ouvert le cortège de la manifestation. ⤵️ . 

Les salariées d'Elior ouvrent le  Cortège à Grenoble. ©CGT

A 15h40: on arrête tout, toutes et tous...

L'égalité c'est maintenant, pas en 2186 a rappelé Sophie Binet lors de la manifestation parisienne.

✊ De Foix à Épernay, en passant Brest, Dieppe et Pithiviers,… plus de 76 initiatives sont organisées à partir de 15h40, heure à laquelle pour un même travail,les hommes continuent d’être payés là où les femmes commencent à travailler gratuitement.

 

Un 8 mars historique !

Avec plus de 200 000 manifestant·es selon un décompte partiel, le 8 mars 2024 est un véritable succès. Dans un communiqué, la CGT s'en est félicitée: 

"Cette journée massive de mobilisation, fortement marquée par la présence de la jeunesse, a permis de mettre au centre la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, que ce soit au travail, dans la vie et dans la société. Sa réussite est à mettre à l’actif d’une unité syndicale inédite sur l’appel à la grève féministe et d’une construction avec les associations et collectifs féministes, les ONG, et le soutien de nombreuses organisations politiques."

Sur le même thème

dossier

8 mars : grève féministe

Lire la suite
Communiqués de presse

Un 8 mars historique !

Lire la suite
Actualité

Coupes budgétaires de 10 milliards : les répercussions sur la lutte pour l'égalité femmes-hommes

Lire la suite