actualité
actualité

Rétentions des notes du bac

Publié le 4 juil 2019
Temps de lecture : 1 min.
Depuis des mois l’opposition aux réformes des lycées et la demande d'une revalorisation significative mobilisent un nombre croissant d’enseignants.

Malgré ces mobilisations, à aucun moment le ministre n’a envisagé de remettre en cause les fondements de ces réformes, écartant de fait toute possibilité de dialogue.

Cette obstination a suscité l’appel de l’intersyndicale à la grève le premier jour du baccalauréat, cette décision exceptionnelle n’a pas suffi à infléchir la position du ministre.

Aujourd’hui, il s’engage dans une escalade supplémentaire : dans de nombreuses académies des Recteurs annoncent leur volonté de retirer jusqu’à 15 jours de salaire aux professeurs ayant collectivement décidé une rétention des notes et menacent nos collègues de sanctions pour non remise des notes du baccalauréat.

Le ministre doit mettre fin à ces pressions inacceptables et engager un véritable dialogue indispensable au bon fonctionnement du service public d’Éducation pour permettre la communication des résultats du baccalauréat.

Les organisations CGT Éduc’action, FNEC FP-FO, SNALC, SNEP FSU, SNES FSU et SUD Éducation soutiennent tous les collègues mobilisés sur le baccalauréat ou sur le brevet des collèges qui seraient menacés et, en cas de sanction, les assisteront dans leur recours et appelleront toute la profession à soutenir financièrement les grévistes. 

Lire le communiqué de presse

A voir aussi

Actualité

Grand débat : des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux

Les annonces du président de la République confirment la mise en place de mesures qui ne sont pas à la hauteur des exigences portées par les différents mouvements sociaux qui secouent le pays ces…

Actualité

Loi Blanquer : la mobilisation continue !

Face à la politique éducative rétrograde et libérale, promue par le gouvernement à travers la loi « pour une école de la confiance », les enseignant·e·s se mobilisent afin d’obtenir l’abandon du…

Nos repères CGT

La CGT propose un droit à l’éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie.

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.