Éducation nationale : grève pour de meilleures conditions de travail

Imagette
Publié le 7 jan 2021
Temps de lecture : 2 min.
La CGT Educ’action, au côté de la FSU, FO, le SNCL (Syndicat national des collèges et lycées) et Sud, ont lancé un appel à la grève le 26 janvier prochain, pour demander de meilleures conditions de travail, une revalorisation des salaires et des postes. Le budget 2021 adopté par le Parlement n’est pas à la hauteur des enjeux.

Alors que le nombre d'élèves va encore augmenter – 28 000 élèves en plus l'an prochain – et que la crise du coronavirus a creusé un peu plus les inégalités scolaires, le Parlement a adopté un budget peu ambitieux pour l’Éducation nationale.

Le second degré perdra 1 800 postes que le gouvernement espère compenser par l’augmentation des heures supplémentaires

Mais les professeurs font déjà des heures supplémentaires et peuvent difficilement en faire plus : en 2019, le ministère avait déjà augmenté le nombre d'heures supplémentaires, un tiers seulement avait pu être assurées.

Concernant les salaires, la nécessaire revalorisation des personnels ne trouve qu’une traduction minimale avec 400 millions d’euros prévus. C’est très peu pour les personnels, et de fait l’essentiel des mesures proposées pour 2021 ne concerne qu’une minorité de personnels.

Les AED (assistants d’éducation) et les AESH (accompagnants d'élève en situation de handicap) en particulier ne se voient rien proposer.

Seule réponse du gouvernement à la situation actuelle de l’éducation nationale : un énième « grenelle »

Fin octobre, le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer a en effet lancé le « Grenelle de l'éducation » à Paris qui, durant trois mois, doit « réfléchir aux modernisations de l'Éducation nationale », à travers divers ateliers. Après avoir participé aux premiers ateliers, notre organisation a claqué la porte.

Ce « Grenelle », dirigé par des personnalités de la société civile non spécialistes des questions abordées et par des hauts fonctionnaires de l’administration, vise à modifier en profondeur le métier des enseignants en contrepartie d’une hypothétique revalorisation pluriannuelle.

Au sujet de la revalorisation promise par le ministre, les pistes travaillées dans l’atelier dédié du « Grenelle » sont particulièrement inquiétantes tant elles tendent à hiérarchiser les priorités entre les catégories de personnels et à induire une individualisation des rémunérations.

Notre organisation lutte depuis toujours pour des moyens à la hauteur des besoins, pour une embauche massive du personnel enseignant et non enseignant dans les écoles, collèges et lycées afin de garantir des conditions d’études correctes pour les élèves et des conditions de travail décentes pour tous les salariés.

Les organisations syndicales exigent un budget qui renonce aux suppressions d’emplois et engage un rattrapage des pertes salariales subies, grâce à un plan pluriannuel de revalorisation et de création de postes pour répondre à tous les besoins, en commençant par les plus urgents.

A voir aussi

Actualité

Quel avenir pour les jeunes ?

« Les jeunes manifestent pour leur avenir ! » tel est le mot d'ordre de la journée de mobilisation de demain, mardi 16 mars. 14 syndicats et mouvements de jeunes appellent la jeunesse à se faire…

Actualité

Une jeunesse frappée de plein fouet par la crise

Plusieurs milliers d'étudiants se sont mobilisés partout en France mercredi 20 janvier 2021 pour demander de meilleures conditions de vie et d'études alors que la crise du coronavirus a aggravé leur…

Actualité

Protocole sanitaire inadapté : la colère des enseignants

Les syndicats d’enseignants (FSU, FNEC-FP-FO, CGT Educ’action, SNALC, SUD et SNCL-FAEN) ont appelé à faire grève mardi 10 novembre pour contester un protocole sanitaire inapplicable et peu efficace…

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.