actualité
actualité

Crise sanitaire : il faut un plan d'urgence pour le système scolaire

Publié le 7 oct 2020
Temps de lecture : 2 min.
Le monde scolaire et universitaire comptent 285 foyers de contamination, soit un tiers des clusters, a annoncé Santé publique France le 24 septembre dans son dernier bulletin. Dans ce contexte, notre organisation demande un plan d'urgence pour le système scolaire.

D'après le dernier bulletin hebdomadaire de l’agence Santé publique France (SPF), publié jeudi 24 septembre, 32 % des 899 clusters en cours d’investigation concernent le milieu scolaire et universitaire.

Au 5 octobre, 203 clusters étaient actifs à Paris et en Île-de-France, et 40 % concernent des établissements d'enseignement (collèges, lycées, universités, grandes écoles…). Avec l'évolution de l'épidémie, le gouvernement a décidé ce lundi 5 octobre de restreindre les capacités d'accueil des établissements d'enseignement supérieur et d'instaurer une jauge dans les espaces d'enseignement et d'accueil à 50 % au plus de leur capacité nominale, dans les zones d'alerte renforcée (Bordeaux, Lille, Toulouse, Montpellier, Rennes, Rouen, Nice, Lyon, Saint-Étienne, Grenoble) et zones d'alertes maximum : la métropole d'Aix-Marseille, Paris et ses trois départements limitrophes : Hauts-de-Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis.

Aucune nouvelle mesure n'a été mise en place pour l'enseignement secondaire et primaire, où le protocole sanitaire a été assoupli le 22 septembre.

Depuis la rentrée, les personnels constatent une multiplication des difficultés de fonctionnement :

  • restauration ;
  • circulation dans les établissements ;
  • internats et logements ;
  • impossibilité d’aérer des salles ;
  • manque de sanitaires ;
  • alourdissement de la charge de travail des personnels d’entretien.

Le système éducatif est le grand oublié du plan de relance, qui octroie des milliards aux entreprises, sans contreparties. La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé des places supplémentaires en université mais sans rallonge budgétaire, la mesure se résume à rajouter des chaises dans les salles de cours…

La CGT revendique un plan d'urgence et des moyens à long termes pour l'Éducation nationale et l'enseignement supérieur :

  • des masques gratuits et en nombre suffisant pour les personnels et les étudiants ;
  • un plan massif de recrutement (de personnels d’enseignement et d’éducation, d'assistants d’éducation et accompagnants des élèves en situation de handicap, de personnels administratifs, d'infirmiers et de médecins, de fonctionnaires territoriaux, de personnels pour les cités universitaires et le Crous) ;
  • l’aménagement rapide de locaux supplémentaires permettant la réduction du nombre d’élèves/étudiants par salle ;
  • l’installation de sanitaires en nombre suffisant ;
  • la mise en place d’une médecine de prévention à la hauteur des besoins pour les personnels et les jeunes.

Cet été, certains pays, comme l’Italie, ont pris des mesures dans ce sens, en assumant l’effort budgétaire nécessaire. Le gouvernement français ne l’a pas fait. Ce sont les personnels, les élèves, les étudiants et leurs familles qui en subissent, aujourd’hui, les conséquences.

A voir aussi

Actualité

Plan de rupture : Fiche 4 / Relever le défi de la jeunesse

Un peu plus de 750 000 jeunes diplômés vont quitter les études pour entrer dans la vie active, sans compter les dizaines de milliers de « décrocheurs » qui sont laissés au bord du chemin – phénomène…

Actualité

Rentrée des classes : entre improvisation et mesures inégalitaires

Masque obligatoire (et payant) pour les élèves de plus de onze ans, classe en surnombre, flou pédagogique et sanitaire, absence de plan d'urgence à la hauteur de la crise… En cette rentrée scolaire,…

Actualité

La voie professionnelle a besoin d'un plan d’urgence

Soutien financier aux employeurs, allongement de la période pour trouver une entreprise, aides aux équipements informatiques... le ministère du Travail a annoncé le 4 juin une série de mesures en…

Nos repères CGT

La CGT propose un droit à l’éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie.

La CGT propose le droit à un salaire de base minimum de première embauche lié au niveau de qualification.