La CGT a un plan pour les jeunes

Temps de lecture : 3 min.
Publié le 7 juin. 2022
Parce que près de la moitié des moins de 26 ans vivent sous le seuil de pauvreté en France, qu’un tiers renoncent à se soigner faute d’argent, que l’accès à un emploi décent est un parcours du jeune combattant, la CGT publie un plan pour la jeunesse en 10 objectifs.
Imagette
Plan CGT pour la jeunesse

La CGT présente son plan pour la jeunesse, et l’adresse au nouveau gouvernement conduit par Élisabeth Borne.

 « La jeunesse a été l’oubliée des préoccupations des gouvernements d’Édouard Philippe et de Jean Castex, décrit Nawel Benchlikha, copilote du collectif Jeunes à la CGT.  Cessons de penser que la crise sanitaire, les confinements et les cours à distance ont créé la précarité de la jeunesse, ils n'ont fait qu'empirer la situation et l’ont rendue visible avec les longues files d’attente devant les points de distribution alimentaires, les retours contraints chez les parents, le décrochage scolaire », poursuit la syndicaliste qui a fait du porte-à-porte dans les territoires pour entendre les attentes des jeunes.

Le collectif a écouté aussi les revendications des syndicats étudiants.

21% des jeunes vivaient sous le seuil de la pauvreté avant le Covid

La fragilité sociale et économique des moins de 26 ans était palpable bien avant 2019. En 2016 déjà, près de 21% des élèves et étudiants vivaient sous le seuil de pauvreté (Insee déc. 2018).

Pour maintenir la tête au-dessus de l’eau, 46 % d’entre eux travaillaient pendant leurs études. Le tiers des étudiants avaient renoncé à des soins ou examens médicaux par manque d’argent, selon l’Observatoire national de la vie étudiante (août 2018).

L’accès à un emploi décent, le parcours du combattant

Les jeunes servent de variables d’ajustement, cumulent les emplois précaires, de courte durée et faiblement rémunérés. Ils sont en moyenne deux fois plus touchés par le chômage que l’ensemble de la population. 

Comment se loger dans ces conditions financières ? Le prix d’un loyer dans les grandes villes universitaires est exorbitant.

Le plan « 1 jeune, 1 solution » lancé par l’exécutif en 2020 (10 Mds€ investis) « aurait favorisé un déplacement de l'emploi des jeunes vers des CDD longs et des CDI, sans conduire à une hausse globale de leur taux d'emploi », pointe la Cour des comptes dans un rapport de février 2022 qui pointe une « insuffisante prise en compte des besoins et des capacités des territoires », la demande d'emploi locale des jeunes étant très différente d'une région à l'autre.  

Une partie des jeunes a délaissé le salariat au profit de l’ubérisation pour tenter d’être financièrement autonomes. Ils n’ont gagné ni en autonomie ni en reconnaissance sociale, et ont lourdement perdu sur le plan de la protection sociale. Oubliés le droit à la formation, au chômage ou à la retraite !

Le plan Jeunes de la CGT


La jeunesse est jetée en pâture à la violence de la société capitaliste et des inégalités sociales. Elle n’est plus ce temps de répit pour forger ses propres expériences et se choisir un chemin dans la vie. 

Face à ce constat glaçant, la CGT présente son plan pour la jeunesse qui se décline en 10 objectifs : 

  1. Droit à l’éducation, la formation initiale, l’orientation de qualité et de proximité pour tous.
  2. Une allocation d’autonomie modulable pour garantir des conditions dignes d’existence, d’études et d’entrée dans la vie active.
  3. Des garanties d’autonomie pour les 850 000 jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation. 
  4. Favoriser la transmission des connaissances et des savoir-faire dans l’entreprise en CDI et avec un tutorat, pour favoriser l’insertion des jeunes dans l’entreprise.
  5. Un véritable statut du stagiaire trop souvent assimilé par le patronat à une main- d’œuvre corvéable à merci et peu coûteuse.
  6. Encadrer la formation professionnelle et l’apprentissage
  7. Lutter contre la discrimination à l’embauche.
  8. Garantir l’accès à un logement digne, durable et abordable.
  9. Garantir un égal accès à la mobilité, cruciale pour l’accès à l’emploi.
  10. Garantir des indemnités pour les jeunes demandeurs d’emploi : l’enchaînement de contrats courts et précaires oblige à revoir leurs conditions d’accès à l’assurance chômage.

Lire le plan CGT pour la jeunesse

Sur le même thème