Renforcer la Sécurité sociale pour une meilleure prise en charge de la petite enfance

Imagette
Publié le 5 fév 2021
Temps de lecture : 3 min.
Les professionnels de la petite enfance étaient mobilisés cette semaine contre le projet d’ordonnance issue de la loi ASAP qui prévoit de transformer les normes d’accueil des enfants en bas âge au détriment de la qualité et des conditions de travail du personnel. Ce projet est aussi une nouvelle attaque contre la Sécurité sociale et sa branche famille.

« Vous voulez plus de places en crèche… on va construire des usines à bébé »

Si l’objectif du gouvernement est « de créer, sans délai, des places de crèches supplémentaires  », le projet d’ordonnance concernant l’accueil des jeunes enfants va beaucoup plus loin.

Prévue dans le cadre de la loi d’accélération et de simplification de l’action publique (ASAP) votée le 7  décembre dernier, cette réforme projette de modifier en profondeur la politique de la petite enfance en France et d’en transformer les modes d’accueil.

Rationaliser les modes d’accueil des tout petits au détriment de la qualité

La première mouture du projet d’ordonnance prévoit notamment de modifier le taux d’encadrement ou encore d’augmenter les capacités d’occupation des crèches.

Ces propositions polarisent, à juste titre, la colère des personnels, majoritairement féminins, qui souffrent d’un manque de reconnaissance professionnelle et d’une dégradation de leurs conditions de travail. Cette déréglementation des modes d’accueil des tous petits au détriment de la qualité et des recommandations de nombreux professionnels, est surtout un encouragement au mouvement de privatisation du secteur de la petite enfance.

La casse de la politique familiale de la petite enfance

Outre le renoncement sur la sécurité et la qualité des modes d’accueil des enfants en bas âge, le projet déstructure toute l’organisation de la politique familiale de la petite enfance. Ainsi, les représentants des travailleurs seraient exclus des instances de régulation des services aux familles.

De plus, sous couvert de « faciliter l’implantation, le maintien et le développement de services aux familles, notamment en matière d’accueil du jeune enfant et de soutien à la parentalité », le gouvernement envisage d’ouvrir un guichet administratif unique en transférant de nouvelles compétences aux caisses d’allocations familiales.

Ce transfert se ferait sans moyen humain supplémentaire ni formation pour les salariés chargés de ces missions.

Une nouvelle attaque contre la branche famille de la Sécurité sociale

Depuis plusieurs décennies, les gouvernements abandonnent les politiques familiales qui répondaient aux besoins sociaux des enfants et des familles.

En favorisant le secteur privé lucratif et en déstructurant l’organisation du secteur, cette nouvelle réforme s’inscrit dans ce processus de démantèlement des principes émancipateurs de la politique familiale mise en place après la Seconde Guerre mondiale au travers de la branche famille de la Sécurité sociale.

À ce processus de recherche permanente d’économies pour limiter la progression des dépenses, se greffe le mouvement de transfert aux ménages de la charge de la politique familiale en épargnant les entreprises tout en leur ouvrant de nouveaux espaces de profits.

Politiques familiales : investir pour l'avenir

C’est pour stopper les manœuvres votées ou en projets que la CGT a lancé une campagne pour la reconquête de la Sécurité sociale.

À l'opposé des ambitions gouvernementales, les politiques familiales, adossées à la Sécurité sociale, doivent favoriser la conciliation entre vie professionnelle et parentale, mais aussi accompagner le développement de l’enfant et prévenir les risques. Privilégier des politiques familiales de haut niveau est un investissement pour l’avenir.

Aussi, pour la CGT, la prise en charge de l’éducation des enfants doit être considérée comme un bien public financé par les entreprises, lieux de création de richesses.

A voir aussi

Actualité

La Sécurité sociale au Panthéon

Parce que la Sécurité sociale est un bien commun qui nous accompagne tout au long de notre vie, une pétition demande que son bâtisseur, Ambroise Croizat, rentre au Panthéon. Un symbole face aux…

dossier

Conquérir la Sécurité sociale du XXIe siècle

Si la Sécurité sociale reste encore un rempart contre les aléas de la vie, elle a toujours été la cible de nombreuses attaques qui l’ont considérablement affaiblies. Notre système de protection…

Actualité

La cotisation sociale : pilier du financement de la Sécurité sociale

En 2021, le financement de la Sécurité sociale reposera à près de 50 % sur l’impôt, qui représentera une part majoritaire du financement de la branche maladie (et la totalité de celui de la nouvelle…

Nos repères CGT

Les entreprises exercent une responsabilité sociale du fait de l’impact de leur activité sur la société et l’environnement. Elles ont donc des comptes à rendre aux populations sur l’ensemble des impacts de leur activité.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.