Les Nor Pain en grève obtiennent des augmentations de salaire

Imagette
Publié le 23 nov 2021
Temps de lecture : 2 min.
L'usine Nor Pain a connu sa première grève, suivie par 99 % de la production et 87 % de l'ensemble de l'usine. Une augmentation a été obtenue et de nombreux·ses salarié·es se sont syndiqué·es.

Située à Val-de-Saâne en Normandie, l'usine Nor Pain, propriété du groupe La Boulangère, emploie 262 salarié·es en CDI et 30 à 40 intérimaires.

Les salarié·es fabriquent en quatre huit,  pain de mie, baguette précuite, paninis, tartines et peuvent faire trois quarts différents dans une même semaine, travaillent souvent de nuit, deux samedis et un dimanche minimum par mois et gagnent entre 1300 et 1330 euros par mois.

Andy Barré, secrétaire de l'union locale, décrit un management particulièrement violent : un patron qui fait respecter les distances sanitaires à l'aide d'un bâton, met à pied pour trois heures un salarié victime d'accident du travail de retour à l'usine...

Du 8 au 22 novembre, les salarié·es ont fait grève pour obtenir de vraies augmentations de salaire.

Certain·es avaient auparavant demandé des augmentations et obtenu... 1 centime supplémentaire !

La grève leur a permis d'obtenir 63 euros brut et la reconduction des chèques vacances et ont aussi pu rendre publiques leurs conditions de travail.

Le sous-préfet a dépêché une cellule psychologique.

Un·e inspecteur·rice du travail va venir écouter les salarié·es.

Tout a commencé lorsqu'un salarié a pris contact avec Andy Barré, secrétaire de l'union locale : « On s'est vus, on a discuté, j'ai ensuite rencontré un groupe de salariés pour poser des revendications. »

L'UL a nommé un responsable syndical au sein de l'usine et aidé à définir une stratégie de mobilisation.

La grève a commencé alors que l'usine entre dans la période de préparation des toasts de Noël, qui représentent une part importante de son chiffre d'affaires.

Plus de 30 salarié·es de l'usine se sont syndiqué·es et demandent à suivre des formations syndicales. L'UL reçoit par ailleurs de nombreux appels de salarié·es qui veulent créer une section CGT suite à ce conflit.

A voir aussi

Actualité

Grand débat : des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux

Les annonces du président de la République confirment la mise en place de mesures qui ne sont pas à la hauteur des exigences portées par les différents mouvements sociaux qui secouent le pays ces…

Actualité

Liberté de manifester : appel à la mobilisation nationale le 13 avril

C'est un véritable camouflet infligé au gouvernement Philippe par le Conseil constitutionnel qui a censuré l'article 3 de la loi dite "anticasseurs".

Nos repères CGT

La CGT propose la construction d’une véritable démocratie culturelle.

L’accueil, les soins, l’entretien et l’éducation des enfants représentent une fonction sociale qui engage l’avenir de la société et justifie une politique familiale de haut niveau et la participation des entreprises à son financement. Cette politique familiale doit permettre de soutenir et encourager le travail des femmes quelles que soient leurs responsabilités familiales.