L'espionnage des salariés d'Ikéa en procès

Temps de lecture : 2 min.
Publié le 30 Mar. 2021
Depuis le 22 mars, se tient le procès des responsables du système d'espionnage industriel mis en place pour surveiller candidats à l'embauche, salariés et syndicalistes.
Imagette
justice xx

Cadres ou anciens cadres d'Ikéa, policiers, directeur d'une entreprise de surveillance privée... Ils sont 15 sur le banc des accusés du tribunal correctionnel de Versailles.

L'instruction a duré sept ans pour enfin aboutir sur un procès. La première plainte ayant été déposée en 2012, le tribunal ne se penche que sur des cas remontant à 2009.

Pourtant, le système remonte au moins à 2000, lorsque l'entreprise décide d'une politique plus agressive qu'auparavant : fin des augmentations, nombreuses ouvertures de magasins, recrutements insuffisants.

Les directeurs de magasins envoient les noms de tous les candidats au recrutement au Responsable de la Sécurité d'Ikéa France.
Celui-ci s'adresse ensuite à une entreprise de surveillance privée, qui soutire des informations à des agents de police, qui les tirent eux-mêmes de fichiers dont les informations n'ont pas à être divulguées.

Le but ? S'assurer de recruter des candidats qui ne risquent pas de faire de vagues.

À l'intérieur de l'entreprise, les salariés sont aussi surveillés, souvent parce qu'ils ont des activités syndicales.
Enquêtes fiscales, judiciaires, sur le train de vie, mises sur écoute... L'entreprise va jusqu'à recruter des salariés infiltrés dans le but d'espionner des syndicalistes.

Ce sera notamment le cas pour Adel Amara, identifié comme l'un des leaders des mobilisations très suivies de 2010. Après avoir refusé d'importantes sommes d'argent pour quitter l'entreprise, il devient la cible d'un harcèlement de la part de sa direction, qui finit par le licencier.

Il est, avec Hocine Redouani, aujourd'hui délégué central CGT Ikéa, à l'origine du procès actuel.

La CGT, qui s'est portée partie civile, demande des sanctions exemplaires qui dissuadent les entreprises d'espionner leurs salariés et leurs représentants syndicaux.

Représenter et défendre les travailleurs est un droit constitutionnel. Dans un état démocratique, la mise en place d'un système de surveillance des salariés est inacceptable. De même, des sanctions sévères doivent rappeler que la police n'a pas à favoriser les intérêts d'une entreprise privée.

Sur le même thème

Communiqués de presse

Répression syndicale : Ikéa au tribunal

Lire la suite
Communiqués de presse

Ikea : espionnage des salariés, le procès s'ouvre

Lire la suite