actualité
actualité

Et maintenant, Conforama !

Publié le 8 juil 2019
Temps de lecture : 2 min.
C'est dans un silence assourdissant de la part du gouvernement que le secteur du commerce des services assiste à une "hécatombe sociale" : 6000 emplois détruits en quelques mois !

Auchan, Castorama, Carrefour et aujourd'hui Conforama. Nombreuses sont ces grandes enseignes qui, depuis quelques mois, invoquent des difficultés économiques pour jeter dans la précarité leurs employés… mais bénéficient d'aides publiques, à l'instar de Conforama qui a touché 63 millions d'euros, ou du groupe Kingfisher, propriétaire de Castorama et Brico Dépot, qui a obtenu 24 millions d'euros au titre du CICE. A qui, ou à quoi, aura servi cet argent ?

Dernière annonce en date, donc, ce 1er juillet : Conforama, qui présente un plan social de suppression de 1900 emplois d'ici 2020. Motif invoqué ? La concurrence des enseignes sur internet qui expliquerait la chute du chiffre d'affaire.

A y regarder de plus près, les raisons des difficultés de Steinhoff, propriétaire sud-africain de Conforama, sont à chercher ailleurs, le volume des ventes en ligne ne représentant que 15% du marché. En effet, la maison-mère est engluée depuis 2017 dans un scandale financier qui a révélé que 10 milliards d'euros auraient été détourné par un ancien dirigeant...

Interpellés par la Fédération CGT du commerce et des services, ni le Premier ministre Edouard Philippe, ni le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, ni la ministre du Travail Muriel Pénicaud, n'ont daigné prendre position face à ce massacre social.

La Fédération CGT du commerce et des services appelle donc à la mobilisation le 11 juillet prochain.

 

 

 

A voir aussi

Document

Les travailleurs des plateformes reconnus en tant que salariés : réactions !

La Cour de cassation française a jugé, le 28 novembre 2018, que les contrats des livreurs à vélo de la société TakeEatEasy devaient être requalifiés en contrat de travail en raison du pouvoir de…

Actualité

Chez But, économies de bouts de chandelle au détriment des salariés

Afin de protester contre la décision de la direction de supprimer les primes de participation, les salariés des magasins But ont effectué des débrayages dans toute la France le 14 octobre. D'autres…

Nos repères CGT

La CGT propose un SMIC à 1 800 euros et des salaires minimums partout en Europe.